Interview de Maria, candidate marseillaise et pleine d’énergie de « Koh-Lanta Cambodge »

Maria, 29 ans, est l’une des candidates de la nouvelle saison de « Koh-Lanta », sur TF1. Cette pétillante marseillaise a gentiment accepté de répondre aux questions de alexandreboero.com.

 

¤ Première partie : Faisons connaissance avec Maria ¤

 

Que faites-vous dans la vie Maria ?

Je suis responsable en boulangerie. Je gère les employés, les produits, etc. Au-delà, je suis boulangère et pâtissière, je baigne là-dedans. Après le collège, je suis allée en apprentissage pour faire quelque chose de ma vie et ne pas rester dans les jupes de ma mère. Et je travaille depuis l’âge de 16 ans. Même si actuellement, je suis sans emploi.

Vous êtes mariée, en couple, des enfants ?

Je suis en couple. Et des enfants, je rêve d’en avoir oui, déjà un pour commencer (rires).

Alors Maria, si l’un de vos proches ou une personne de votre entourage devait vous décrire, que pourrait-il ou elle bien dire de vous ?

Que je suis directe, franche, et rigolote. J’aime bien quand il y a de la bonne humeur et que tout le monde rit autour de moi. Mais en général on dit de moi que je suis plutôt drôle.



¤ Deuxième partie : Maria et Koh-Lanta ¤

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous inscrire à l’émission ?

Beaucoup de choses. Déjà… l’envie de me dépasser. Je ne suis pas une sportive à la base. Dans ma vie de tous les jours et par rapport au travail, j’ai appris à avoir un mental à toute épreuve. Je voulais du coup me tester à ce niveau–là car je savais que la tête, je l’avais. Je voulais savoir jusqu’où je pouvais aller. Je me suis faite licencier peu de temps avant Koh-Lanta, ce qui m’a permis de bien me préparer moralement à l’aventure.

On perd ses repères de la vie de tous les jours dans Koh-Lanta

Vous n’avez pas suivi de préparation spécifique donc ?

Je n’ai en effet pas suivi de préparation sportive avant. Je ne voulais pas me foutre de la gueule du monde à faire du sport un mois avant. J’étais toute menue, j’ai pris six kilos pour préparer le départ.

Comment vous vous êtes sentie le jour du départ, quand vous êtes partie de chez vous… dans l’avion etc… Plutôt anxieuse ? Impatiente d’en découdre ?

Le jour du départ, c’est plein plein d’émotions. Je ne me suis pas rendue compte que j’étais partie jusqu’au moment où j’ai posé le pied là-bas (au Cambodge). J’ai oublié plein de choses dans ma valise. Je n’avais jamais pris l’avion, ce qui a d’ailleurs été un stress en plus. Et encore ! Même à l’heure d’aujourd’hui, quand je me revois à l’écran, j’ai du mal à réaliser ce que j’ai vécu.

Comment ont réagi vos proches ?

Ça a été un peu partagé… certains autours de moi étaient choqués « non mais t’as pas fait Koh-Lanta » ou « mais t’es malade t’as pas fait ça« … mais de manière générale : plus de fierté que de déception.

Qu’est-ce qui vous a le plus manqué dans l’aventure ?

Il y a beaucoup de choses qui peuvent nous manquer. Tout ce qui est matériel, l’absence de télévision, de téléphone, franchement on s’y fait très vite et après on n’y pense carrément plus. L’homme avec qui je partage ma vie et avec qui j’habite, ça a été un gros manque, on perd ses repères de la vie de tous les jours à Koh-Lanta.

Quand je suis revenue à Marseille, je me suis dit « mais putain j’étais trop bien sur mon île« 

Qu’est-ce qui vous a le moins manqué le plus durant le jeu ?

C’est la vie de tous les jours en fait. On prend un recul sur les choses essentielles. Quand je suis revenue à Marseille, je me suis dit « mais putain j’étais trop bien sur mon île » (rires). Je souhaite de vivre une telle aventure à tout le monde, car on prend le temps de réfléchir, de se poser, c’est sublime.

Qui vous a le moins manqué au Cambodge ?

Je n’ai pas eu de mauvaises pensées à ce niveau-là, ça va (rires).

Comment vit-on le manque de confort sur place ?

Je pense que notre cerveau se met en mode survie. On n’a pas le temps de s’acclimater, ça se fait seul, naturellement. On s’adapte dès le premier jour. On n’a pas trop le choix. C’est soit ça, soit tu te fais dessus. On se met automatiquement en mode aventurier.

Maria, au Cambodge pour la nouvelle saison de Koh-Lanta

Petite parenthèse mais, tout ce qui est épilation par exemple, c’est délicat ?

Les poils, ça pousse vite. Faut pas croire hein… Donc s’épiler les sourcils par exemple, ça aurait été bien. Mais le maquillage par exemple, ce n’est pas quelque chose qui a pu me déranger, je ne suis pas très maquillée dans la vie de tous les jours et si je pouvais même m’en passer je le ferai.

Le fait qu’il y ait trois équipes, qu’est-ce que ça a changé ?

Sincèrement j’ai tout de suite adoré l’idée. Je me suis dit qu’il y aurait encore plus d’enjeu. Ça met un bon coup de pression, mais je suis fière de faire partie de cette édition, je suis très contente.

C’est encore plus intense les épreuves avec trois teams ? 

Je trouve que dès la première épreuve, si on est au milieu, on regarde à gauche on a une équipe, à droite on a aussi une équipe. Ça ajoute du challenge, du piquant en plus. J’ai vraiment bien aimé cet aspect-là aussi. Les trois équipes étaient à fond, au niveau de la combativité et de l’humain aussi. Vous le verrez bien à la télé ça.

Denis (Brogniart) est cool alors ? 

C’est différent qu’à la télévision, mais il est vraiment cool. Au fil de l’aventure on apprend à se connaître.

Vous vous êtes bien intégrée à votre équipe ?

Mon intégration s’est bien passée. Je suis quelqu’un d’ouverte, je parle avec tout le monde. Je me suis sentie bien dans mon équipe.

Comment vit-on aussi la présence quotidienne des caméras, à vos côtés nuit et jour.

La première journée on panique un peu, on fait attention à ce qu’on dit etc. Et puis très vite, on cohabite avec elles et ça se passe très bien. Et puis la production respecte notre intimité.

Que rêveriez-vous de faire avec les 100 000 euros ?

C’est une belle somme mais en même temps on ne peut pas faire non plus grand chose, on ne peut pas s’acheter de maison ou d’appartement par exemple. Du coup je voudrais faire plaisir à mes proches, à ma famille.

Est-ce que Koh-Lanta a changé votre vie ? Votre manière de voir les choses, d’appréhender le quotidien ?

Ah oui, je trouve que je me suis assagie. Je prends plus de recul sur les choses. Avant, si je faisais tomber un verre de Coca, c’était la crise, alors que maintenant je suis plus calme et posée, je relativise. Même si on reprend vite certaines habitudes, ce qui est normal.



¤ Troisième partie : Maria et la Télé ¤

Est-ce que vous regardez souvent la télévision ?

Oui je regarde beaucoup la télé. Je peux regarder plein de choses. J’aime bien les séries, les émissions, les téléfilms. Koh-Lanta bien sur j’adore, mais je ne suis pas fan d’une émission en particulier.

Si un talk-show comme Quotidien ou TPMP vous invite pendant Koh-Lanta, vous iriez ?

Moi, ça me tenterait, oui. Après, Cyril Hanouna sans aucune méchanceté ce n’est pas trop trop ma tasse de thé. Après, oui, franchement, pour parler de mon aventure, de pouvoir donner envie aux gens, ce serait avec plaisir, oui.

Je ne veux pas faire les Marseillais ni les Anges 

¤ Les 3 questions qui tuent ! ¤

Si vous partez sur une île déserte et que vous pouvez emmener trois objets, n’importe lesquels, qui puissent rentrer dans une valise… vous prenez quoi ?

Sincèrement : une pince à épiler, déjà… Un appareil photo, pour immortaliser les souvenirs, et un téléphone portable pour garder le contact avec mes proches et ma famille, si le réseau passe.

Après Koh-Lanta, quel est votre prochain grand rêve ?

Je voudrais juste trouver un bon travail, être bien dans ma vie. J’ai 30 ans, je rêvais de faire Koh-Lanta. Je ne veux pas faire les Marseillais ; les Anges, ce ne sont pas des choses qui m’intéressent. Koh-Lanta, il y a un but, c’est une belle émission, une belle leçon de vie.

L’exposition médiatique va-t-elle vous aider à trouver un emploi d’après vous ?

Je ne sais pas si ça peut m’aider, mais je l’espère oui. Après, je sais que j’ai de la tchatche par exemple, mais si ça peut m’aider, je ne crache pas dessus !

Si vous avez un idole ?

J’aime beaucoup Denzel Washington comme acteur. Après, je n’ai pas d’images dans mon téléphone ni de posters sur mes murs (rires).

Merci beaucoup Maria pour votre sympathie, bonne chance pour votre aventure et bonne continuation pour la suite.

Merci à vous, à bientôt. Au revoir.

Rejoignez Maria sur Twitter, @MariaKohLanta

et sur Facebook, @mariakohlanta (liens cliquables)





Koh-Lanta Cambodge, à l’antenne sur TF1 dès le vendredi 10 mars sur TF1. Ne loupez rien de cette saison et retrouvez les portraits des candidats et infos de cette nouvelle saison sur notre site, en CLIQUANT ICI

Merci à Maria pour sa disponibilité mais aussi aux équipes de TF1 et Adventure Line Productions.




Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : © Philippe Le Roux / ALP / TF1


Publié le 10 mars 2017 à 18h00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *