[Interview] Le comédien Gil Alma nous dit tout sur son actualité

Acteur du petit et du grand écran, Gil Alma vit une carrière ponctuée de réussites, dont celle de la célèbre série TV de TF1, « Nos chers voisins ». Conscient de sa popularité, le comédien sait que tout peut s’arrêter un jour. En marge de sa venue au M Rire Festival à Marseille, il nous a généreusement accordé une interview.

 

(Interview réalisée le 26 juin 2017, la veille du coup d’envoi du Festival) Merci Gil de nous accorder cette interview… Tu es habitué à te produire en spectacle comme ça avec une telle chaleur ? (ndlr : lors du tournage, il faisait près de 40° au soleil, 35° à l’ombre)

J’ai joué en Suisse il y a quelques jours. J’étais sous un chapiteau, il faisait 37° dehors, et « quarante douze » à l’intérieur. A Marseille, la chaleur ça dure, alors qu’en Suisse c’est juste de temps en temps.

Tu ne vas pas rester à Marseille quelques jours ? 

J’ai joué ce mardi soir, et je m’en vais le lendemain, mercredi, parce que j’ai pas mal de choses à faire à Paris. Je suis obligé de repartir… Sinon, oui, on m’avait proposé de me détendre, mais je n’ai pas le temps.

Alors quel est ton programme pour les semaines et mois à venir ?

J’ai mon one-man tous les week-ends, je suis un peu partout en France, je prépare Avignon. Je suis aussi mon producteur, donc ça me fait double travail. Puis des tournages, pour l’instant en suspens… je n’ai pas le droit d’en parler. Mais on va faire un 90 minutes avec « Nos chers voisins ». Je pense qu’on va tourner à la rentrée. On s’amuse, c’est cool.

« Peut-être aller voir d’autres chaînes »

Sur « Nos chers voisins », le fait que ça va s’arrêter, comment tu le prends ? 

On le savait depuis un moment. La quotidienne s’arrête. On ne tourne plus, mais ça il faut le signaler, c’est important : il y a quand même un an ou deux ans de diffusion. On a tellement tourné qu’ils ont un stock de malade. Ils peuvent tenir le coup, en faisant un petit peu de rediff’, pendant un an au moins.

Du coup, tu as d’autres projets, avec des membres du casting par exemple ou avec  TF1 ? 

J’ai fait un « Alice Nevers », j’ai fait pas mal d’autres trucs avec TF1 avant. Après, je vais peut-être aller voir d’autres chaînes. Je ne peux pas trop en parler parce que ce n’est pas encore signé.

Il y a quelques années, je t’avais vu dans le film « Vilaine », avec Marilou Berry. Tu y interprétais le rôle du garagiste, très marrant d’ailleurs. Depuis, quel chemin parcouru… Comment tu prends tout ce qui t’arrive, toutes les productions qu’on te propose. Comment tu gères tout ça au quotidien ?

Je suis hyper content de mon parcours. Vilaine c’était en 2008, ça nous rajeunit pas, ça fait presque 10 ans maintenant… C’est moche (rires).

« Si ça ne marche pas, on tournera la page et puis on passera à autre chose »

Du coup apparaissent les premiers cheveux blancs.. 

Premiers cheveux blancs, j’ai deux gamins… depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Je suis content de mon parcours, j’ai fait plein de choses différentes. J’ai fait du cinéma, de la télé, j’ai même fait un programme court humoristique à la télé avec Claudia Tagbo dedans notamment… J’ai bourlingué comme on dit. Là, « Nos chers voisins », on va voir ce que ça donne. Si le 90 minutes marche, on en fera trois ou quatre par an. Et si ça ne marche pas, on tournera la page et puis on passera à autre chose. C’est notre métier, il faut l’accepter. C’est peut-être un mal pour un bien, on verra.

Quel est ton prochain grand rêve ? Réaliser ton propre film ?

Eh bien j’ai réalisé un petit programme court fiction qui s’appellera « Momo et le videur », et qui sortira à la rentrée sur Internet, sur YouTube. On va voir ce que ça donne, c’est très cul, très trash, très con. Je pense que ça devrait marcher. La réalisation c’est intéressant, oui. L’histoire est très simple, c’est un videur qui jette à chaque fois un mec. Et le mec se débrouille finalement pour rentrer à chaque fois, parce que le videur, qui est très bête, se fait retourner la tête. Il faudra jeter un petit coup d’oeil.

Participer au M Rire Festival avec tous tes copains c’est plutôt sympa non ? 

Ah bein oui, je suis honoré, il y a du lourd. Il y a Artus, Elie Semoun, JeanFi, Patrick Bosse, Titoff, Pierre Croce… Je me mets un peu la pression. Il faut se mettre à la hauteur de ces mecs-là.

Le lieu t’impressionne, ce théâtre antique ?

C’est la première fois que je joue en plein air comme ça dans ses dispositions. C’est très impressionnant.



Un grand merci à Gil pour sa disponibilité et sa sympathie.

La vidéo de l’interview :  





Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : Alexandre Boero


Publié le 28 juin 2017 à 09h00


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *