[Interview] Xavier Delarue, du basket à la télévision, un incroyable destin (Partie 1)

Avec talent, Xavier Delarue multiplie les casquettes. Ancien basketteur professionnel, il fut une figure de la télé-réalité après son passage dans « Secret Story » en 2007. Aujourd’hui animateur et même comédien, Xababa est un vrai touche-à-tout. Polyvalent et sous le feu des projecteurs, il reste d’une simplicité déconcertante, à l’image de l’adorable couple qu’il forme depuis 15 ans avec Tatiana-Laurence, son épouse.

 

Dans la première partie de cette interview long-format, Xavier Delarue s’est longuement confié sur « Undressed », l’émission de dating qu’il va présenter avec sa chère et tendre, Tatiana-Laurence Delarue, les 12 et 19 juillet prochains sur NRJ12 ; mais aussi sur son arrivée dans la série télévisée française de TMC, « Les Mystères de l’amour ».

Les noces de corail avec Tatiana, comment ça se prépare ?

Ça se prépare plutôt bien, puisque je lui ai annoncé dans le « Mad Mag », pour la grande surprise, qu’on partait en Guadeloupe cet été. Elle était très contente. Et c’est aussi l’occasion pour moi de retrouver mes racines puisque mon papa est Guadeloupéen, et je ne te cache pas que ça fait des années que je n’y suis pas allé, même je crois depuis ma tendre enfance. C’est un retour aux sources, je pourrai faire découvrir ma famille antillaise à Tatiana. C’est un projet de cœur. On a fêté notre mariage aux Seychelles, fait notre renouvellement de vœux à Bora-Bora. Et donc là, pour nos 11 ans de mariage, nos noces de corail, elle me dit qu’il faudrait trouver un thème… et bein c’est parti, on part en Guadeloupe !  C’est une destination de rêve, c’est ma fibre. On fait d’une pierre deux coups.

Quelques mots de « Undressed« , mais d’abord est-ce qu’on doit le prononcer avec l’accent anglais ou on peut rester franchouillard ? 

Ah bein on peut le prononcer avec l’accent anglais… ou pas… tant qu’on adhère au concept et qu’on regarde l’émission, moi ça me va (rires).

Undressed ? « Une expérience amoureuse, un dating de l’extrême »

C’est un vrai challenge cette émission qui arrive sur NRJ 12… 

C’est un énorme challenge, puisque émission jamais diffusée en France, mais qui fonctionne en Italie, en Espagne, voire même en Angleterre. Maintenant, à savoir si en France ce concept-là va débrider les téléspectateurs… Je sais qu’en tout cas il fait beaucoup parler, on en parle depuis le 24 mai, depuis que Cyril (Hanouna) l’a annoncé dans « Touche pas à mon poste ». C’est une émission qui est à mon avis attendue, qui peut-être controversée parce qu’on ne sait pas à quoi on s’attend en définitive, tant qu’on l’a pas vue.

« Undressed », à l’antenne les 12 et 19 juillet 2017 sur NRJ12, à 21h00

Est-ce que tu peux nous parler de l’émission, avec tes propres mots ?

Beaucoup pensent qu’on va être nus, d’autres pensent que c’est du voyeurisme, moi je pense plutôt à une expérience amoureuse, un dating de l’extrême ou à l’instar d’un « Adam recherche Ève  » (ndlr : émission diffusée sur C8 en 2015, mais non renouvelée malgré un succès d’audience 827 500 téléspectateurs en moyenne et 3,2 % de parts de marché), on essaie de trouver l’amour avec un concept innovant et différent. C’est pour ça que lorsque Stéphane Joffre, le Big Boss de NRJ12, nous a envoyé ce DVD, et nous a dit « regardez-le, analysez-le et faites-moi un retour », on a pris le temps de le regarder, on a observé, et on s’est dit que c’était crédible. En fait, c’est le chemin naturel d’un couple qui se rencontre. On a beau passer des heures au cinéma, au restaurant, à visiter des musées ou à se balader, à la fin on a toujours la boule au ventre de se dire « eh bein voilà, au moment de se mettre sur le lit, qu’est-ce que je vais faire ? ». C’est vraiment le chemin logique d’un couple. Ce moment où on se découvre, où on enlève ses vêtements. On a décidé d’aller directement au but, sans être vulgaire bien évidemment. Il n’y aura pas de scène de sexe. C’est du charme, de l’approche, de la séduction, mais il n’y a aucune vulgarité dans cette émission.




Ce n’est pas sorti du chapeau, la chaîne y pensait depuis quelques temps ?

Stéphane Joffre réfléchissait à l’émission depuis un an. Il ne trouvait pas d’angle de diffusion. C’est une très bonne idée de la diffuseur en été. L’œil va être habitué à ce qu’on peut voir à la plage… la légèreté, les maillots de bain et compagnie. C’est un programme plus estival.

Avec Tatiana, « on casse un peu les codes »

On a déjà vu des couples à la télévision, Nabilla et Thomas par exemple toujours sur NRJ12, mais là, vous allez carrément présenter l’émission ensemble, c’est presque de l’inédit ! 

En termes de couples issus de programmes de télévision, je n’en connais pas. Après, on a déjà eu des couples de journalistes, Thomas Hugues et Laurence Ferrari… Mais NRJ12 c’est aussi ça, c’est la télé de demain, qui prend des risques et qui ose des choses, qui plaît aux jeunes. Et il y a le choix d’un couple atypique. Moi je suis passé par le sport, par la télé-réalité, j’ai fait un peu d’animation deux ans sur le câble, et en plus je suis métisse, avec Tatiana on est ensemble depuis 15 ans, donc on casse un peu les codes. Sur 11 années, on a passé 10 ans de mariage avec le public. Je trouve ça cousu. Je suis un homme de challenge, c’est l’âme de sportif qui ressort. J’ai envie de prendre des risques. On s’est dit que de partager ça ensemble, ce serait une belle aventure. Dans tous les cas, pour le moment, on prend plaisir à partager ça avec le public.

Comment Stéphane Joffre est venu vous trouver tous les deux et vous dire : « Tatiana, Xavier, je veux que ce soit vous qui présentiez l’émission » ?

(Rires) Ah tu sais, Stéphane Joffre ne prend pas des pincettes quand il veut te dire quelque chose. Il a des coups de coeur, des coups de génie parfois. Il est visionnaire. Il n’y a pas d’énorme discussion avec lui, car il sait ce qu’il se veut, il a un flash sur le moment. C’est un homme qui veut réaliser des choses. C’est Tatiana qui a été convoquée la première… d’ailleurs petite anecdote, elle a cru qu’elle était appelée parce qu’elle allait être virée.. Quand c’est le grand patron qui t’appelle et te dit « rappelle-moi » ou « dès que tu arrives tu montes me voir », c’est soit parce que tu es récompensé(e), soit parce que tu es viré(e). Et là, elle a eu un prime. Et elle m’a dit, « Xavier, tu es concerné ». On devait lui donner une réponse à la lecture du DVD. Ça s’est fait comme ça. Au passage, le choix de Tatiana, ça coule plus de source. De me choisir, de choisir le binôme, j’ai trouvé ça très flatteur de la part de la production.

D’autres projets, d’autres rêves à la télévision Xavier ? 

Je suis plus ou moins en train de les réaliser. On réalise une très bonne saison avec Tatiana. On était revenus sous « Friends Trip 3 » sur NRJ12. On avait envie de refaire un peu de télé, de s’amuser, en plus le concept sportif nous plaisait bien. Ensuite, elle a intégré le « Mad Mag ». Je venais de temps en temps faire des petits happenings. Puis j’ai intégré Les Mystères de l’amour. Tout ça nous donne du peps. Et de présenter une émission ensemble, c’est la cerise sur le gâteau. On a beaucoup essayé de travailler séparément. Mais voilà, la vie fait qu’on doit travailler ensemble. « Undressed » est l’occasion rêvée.

L’émission correspond au public de la chaîne, très jeune….

C’est un risque, un pari énorme, que de miser sur une émission de dating ou le principe est de se déshabiller… est-ce que le public français est prêt pour ça ? On sait que le Français adore donner son opinion, qu’il est très critique sur la télévision, on a tous des amis autour de nous qui nous demandent des anecdotes sur notre rencontre etc. Donc je crois qu’on a tous envie par curiosité de connaître la manière dont les gens se rencontrent au final, de savoir si ça va fonctionner, pourquoi ça ne peut pas marcher. C’est une expérience.




De quelle manière vous intervenez avec Tatiana dans l’émission ?

On ne sera pas dans le lit avec les candidats (rires). On fait les lancements, on explique au public comment vont se dérouler les prochaines étapes. Ensuite, libre cours à la magie.

Undressed : « Le premier prime sera composé de trois épisodes, le deuxième de quatre épisodes »

La programmation en prime tend à montrer que la chaîne mise sur l’émission, ça c’est sur, mais NRJ12 étant la chaîne leader sur l’after school sur les 15-24 ans, n’était-il pas mieux d’en profiter et de caser l’émission sur cette tranche ?

NRJ veut regarder et analyser cette émission. Ce serait prendre un risque énorme de le programmer en after school. Le premier prime sera composé de trois épisodes, le deuxième de quatre épisodes. Si ça plaît, la chaîne prendra les décisions en conséquence. Il y a des nouveautés qui vont arriver à la rentrée. Je pense que c’est plus prudent de partir sur deux primes pour voir les retours du public.

Avec Les Mystères de l’Amour, tu as combien de vies en fait ? Sportif, animateur, acteur… 

Oui, effectivement, sportif, après télé, animateur, et puis là comédien acteur avec des légendes de la série française. C’est vraiment un rêve de gamin. Hélène (Hélène Rollès), Nicolas (Patrick Puydebat), je les regardais à la télévision… On tourne deux fois par semaine de manière intensive, encore un nouveau challenge à surmonter.

Comment as-tu intégré le casting de la série ?

Tatiana avait envoyé à la directrice de casting un petit mail en lui disant que si elle avait des petits rôles masculins, qu’elle pouvait la contacter. Et à ce moment-là, il y avait un rôle de brigand qui devait tuer Hélène dans le scénario. J’ai passé le casting et j’ai été pris. A la base, je devais intégrer un groupe de 4 mecs pour tuer Hélène, sur deux épisodes, et finalement, après coup, lorsqu’il y a eu les retombées des médias, les audiences, mon jeu, Jean-Luc Azoulay (le producteur) m’a contacté et m’a dit « tu vas revenir », ce sont ses mots. 72 heures après, j’avais mes textes pour le retour de mon personnage, Antoine Valès, qui a pris beaucoup plus d’ampleur qu’il n’avait au départ.



Oui oui, c’est une vraie perruque

Comment as-tu été accueilli lors de ton premier jour de tournage, et dans quel état émotionnel étais-tu ? 

Le premier jour, on a toujours une appréhension. On se rend sur un lieu où les gens sont en place, où il y a déjà un rythme. Quand t’es sur place, tu arrives avec ton texte, et on te met sur le terrain tout de suite. Tu n’as pas de coup d’essai. Si tu viens sur le terrain, c’est que tu es prêt. J’avais cette appréhension oui. Mais j’ai été très très bien accueilli. Hélène m’a très bien accueilli. Je n’ai pas caché mon cursus, sportif, télé-réalité. Je ne fais pas de tabou sur mon parcours. Une fois qu’on l’assume, c’est la meilleure manière de se lancer. Et une fois sur le tournage, j’y ai pris goût. A la fin de la première, je suis allé voir les comédiens et les équipes pour les remercier, car je ne pensais pas revenir. Je ne me prends pas la tête, je reste simple, j’essaie d’expliquer mes choix. Je fais partie d’une grande famille jusqu’à ce que mon personnage évolue. Antoine Valès est tombé amoureux de Ingrid, (rires), je suis un peu le bandit caché par Ingrid (Carole Dechantre) qui a infiltré la maison sous le nom de Tony Vargas, maquillé, grimé avec une perruque.

On va en parler de la perruque !

Ah oui (rires) ça a fait parler ça c’est sur ! Mais ce qui est intéressant, c’est ce rôle un peu schizophrénique d’Antoine qui est le méchant, et de Tony qui est le gendre idéal, le séducteur. C’est super cool de passer d’un personnage à un autre, j’adore.

Du coup ça révèle véritablement des dons de comédien chez toi, cette capacité à interpréter deux personnages opposés…

C’est exactement ça. D’une scène à l’autre, même parfois dans une même scène, d’un regard à l’autre, je dois composer avec les deux rôles. C’est quelque chose que j’ai appris à maîtriser, car le plus dur, c’est d’apprendre à contrôler ce personnage.

« Je parle avec des réalisateurs […] Ils me disent que je suis sur la bonne voie »

Bon, Xavier, pas de cachotterie entre nous, on ne va pas se mentir, ce rôle, cette exposition, ça va forcément t’ouvrir des portes pour d’autres projets télévisés ou celles du cinéma. 

Je ne tire pas de plan sur la comète. Je parle avec des réalisateurs. Je leur envoie mes images. Et ils me disent de continuer, que je suis sur la bonne voie. J’ai pas mal de contacts dans ce milieu-là. Je suis critique sur ce que je fais et j’essaie de progresser. J’essaie de reproduire le même schéma que lorsque j’étais sportif : travailler, ne pas me prendre la tête. Et intégrer une série française qui a été récompensée (4 prix aux Soap Awards France), ce n’est pas rien. On fait entre 700 et 800 000 téléspectateurs. On fait des records d’audience. C’est beau, et c’est un vrai défi à relever. Je sais que Jean-Luc fait beaucoup d’autres choses, il travaille avec Laetitia Millot, sur Camping Paradis, j’ai envie de progresser, pourquoi pas essayer de faire des castings sur d’autres séries, des téléfilms. Et après, si le cinéma m’appelle, c’est le Graal. Je vais faire la rentrée. Mon personnage évolue encore et encore, car Jean-Luc écrit au fur et à mesure pour s’adapter au public et aux comédiens.

Tu sais tout le mal qu’on te souhaite pour ta carrière de comédien…

Ah c’est gentil ! Mais en tout cas j’ai beaucoup de retours du public. Toute la communauté des Mystères m’offre un vrai soutien. Carole m’a intégré très vite, elle me donne énormément de conseils, et c’est précieux, car quand t’es aussi gentille qu’elle, qui joue un rôle de méchant, c’est là que tu te dis que quand même, il y a du niveau. J’avais envie de montrer mon talent, de me mettre au niveau. Et je suis très content de ces retours positifs.

Chers internautes, on se retrouve mardi 11 juillet 2017 pour la seconde et dernière partie de cette interview. Xavier y évoquera le basket, les médias et la télévision, ainsi que son envie de paternité.




Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : Twitter @xavierdelarue


Publié le 7 juillet 2017 à 09h30


2 commentaires sur “[Interview] Xavier Delarue, du basket à la télévision, un incroyable destin (Partie 1)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *