Tour de France 2017 : Profil, météo et favoris de la 11e étape !

La 104ème édition du Tour de France s’est élancée le 1er juillet 2017 de Düsseldorf (All.) pour rallier Paris le 22 juillet prochain, après 3 540 km de course. La rédaction vous présente chaque jour le parcours de l’étape, nos favoris, et notre pari.




Profil de l’étape. Vous aimez le plat, les scénarii écrits à l’avance, les victoires de Kittel et les commentaires de Franck Ferrand ? Alors vous allez aimer l’étape de mercredi. D’Eymet à Pau, 205 km attendent le peloton sur un parcours aussi peu accidenté que l’encéphalogramme d’un candidat des « Anges de la télé-réalité ».

Source : letour.fr

Avant d’entamer les Pyrénées, la montagne, son mauvais temps et les possibles attaques des favoris du Tour de France à l’encontre de Chris Froome, il va falloir patienter encore une journée, et prendre son mal en patience. Seule l’incertitude de la tension accumulée et les 4 ronds points situés dans les derniers hectomètres du parcours pourraient désorganiser le peloton, même si on n’y croit pas une seule seconde. Du sprint, du sprint et encore du sprint, voilà ce que propose une bien pâle édition 2017.

Le(s) Favori(s). L’époque des Zabel, Cipollini est révolue. Alors que les baroudeurs pouvaient encore espérer sur un malentendu, digne de Jean-Claude Dusse, remporter une victoire d’étape, les nouvelles générations ont aboli ce privilège. Il est important d’observer que cette catégorie a disparu, pour être remplacée par les punchers, plus à l’aise sur les routes accidentées. Et les échappées sont devenues de simples encarts publicitaires non sanctionnés par le CSA. Pour résumer, la 11ème étape arrivera au sprint, et Marcel Kittel empochera 50 points de plus à son compteur du classement à points.

Michael Matthews Alexander Kristoff Andre Greippel ♦♦ John Degonkolb ♦♦♦♦♦ Marcel Kittel

(Il n’y a aucune erreur dans l’attribution des losanges, l’Allemand survole tellement ses concurrents qu’il devient impossible de croire possible une victoire d’un autre sprinteur)




Le Pari de la Rédaction. Nous aurions pu mettre Nacer Bouhanni, mais étant donné le niveau du coureur de Cofidis, qui n’a ni le mental, ni la science et encore moins les cuisses de ses concurrents, il est impossible de le faire figurer dans une quelconque catégorie. Si ce n’est peut-être celle du Michel Blanc du Tour de France 2017, quoique à moins d’un miracle et d’une chute collective, ce que nous ne souhaitons pas, ses chances de victoire sont équivalentes à celle de voir Sedan remporter le titre en Ligue 1, ou entendre une phrase intelligente de Thierry Adam. Je me suis quelque peu éloigné du pari du jour qui revient à Dylan Groenewegen. Le Néerlandais de 24 ans pourrait avoir sa carte à jouer, après avoir échoué à la troisième place la veille, le poussin du sprint mondial semble en position de briller. Toute cela reste purement hypothétique.


La Météo de l’étape.
 Terminée la chaleur, bonjour la fraîcheur. La pluie ne devrait pas être de la partie, simplement une multitude de nuages et 21 petits degrés automnales. Le calme avant la tempête de la lutte pour le classement général.




Romain POMMIER (Twitter : Focus_Malus)


Publié le 12 juillet 2017 à 07h15



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *