Ligue 1 – Le mercato a-t-il profité au PSG ?

Crédit photo : psg.fr
Crédit photo : psg.fr (Unai Emery, entraîneur du Paris Saint-Germain)

[[[ Article à lire sur YourZone beIN SPORTS En cliquant ICI ]]]

Le retour du brésilien David Luiz à Chelsea dans les dernières heures du mercato hier soir est venu ponctuer une curieuse gestion des transferts du PSG. Le club de la capitale, qui ambitionne de remporter la Ligue des Champions, possède-t-il vraiment un effectif capable d’écraser toute concurrence en France et en Europe ? C’est à voir…

Malgré les moyens colossaux de ses investisseurs et le budget le plus élevé de Ligue 1, le Paris Saint-Germain n’est pas un club adepte des immenses folies comme pourrait l’être Manchester United et son exemple Pogba, transféré pour plus de 120 millions d’euros cet été. Non, le PSG est un club davantage partisan du mercato dit « intelligent ». On ne cherche désormais plus à recruter des noms pour des noms, mais à recruter des joueurs capables de s’intégrer dans un collectif qui jouit d’une certaine harmonie, sans jamais le bousculer véritablement. Évaluons les deux possibilités : mercato réussi ou pas ?

¤ Oui, le PSG s’est renforcé

Si certains cadors ont quitté le club, cela reste la loi du football. Rares sont les joueurs qui passent plus de quatre ou cinq saisons dans la même équipe à notre époque. Laurent Blanc est parti, mais Unai Emery est arrivé. Fort de ses exploits avec le FC Séville – vainqueur des trois dernières éditions de l’Europa League – l’entraîneur espagnol, qui prône un football rapide et offensif, a développé le culte de la gagne. Emery est peut-être ce surplus d’expérience qui permettrait aux parisiens de franchir le dernier carré de la prestigieuse Ligue des Champions. Et pour cela, il a souhaité compléter l’effectif en place, et non le chambouler.

L’arrivée d’Hatem Ben Arfa, libre, fut une aubaine. En forme, il peut dynamiter n’importe quelle défense. Joueur recruté le plus cher cette saison (30 M€), l’international polonais Grzegorz Krychowiak débarque presque en terrain conquis, puisqu’il est un ex-joueur du Stade de Reims et qu’il fut sous les ordres de Unai Emery lors des deux dernières saisons. A 23 ans, Jesé Rodríguez n’aura connu qu’un seul club : le Real Madrid, avec lequel il s’est révélé. Recruté 25 millions d’euros, l’espagnol a l’occasion de montrer ce dont il est capable et ainsi franchir un cap en espérant être rapidement catapulté dans le onze de départ parisien. Thomas Meunier, lui, s’est révélé pendant l’Euro 2016 avec la Belgique. Défenseur offensif et polyvalent, il devrait rendre de fiers services dans une saison qui s’annonce longue. Paris peut aussi compter sur son centre de formation, Presnel Kimpembe en tête. A 21 ans, le défenseur espoir franco-congolais a pris part aux trois premières rencontres de Ligue 1. Après le départ de David Luiz et avec l’absence programmée de Serge Aurier pendant la CAN, il est en train de devenir une alternative crédible au poste de défenseur central derrière l’intouchable charnière Thiago Silva-Marquinhos.

L’effectif du Paris Saint-Germain est une fois de plus taillé pour remporter une nouvelle Ligue 1, et ce n’est pas la défaite subie à Monaco lors de la troisième journée de championnat qui va gâcher l’optimisme ambiant. La saison ne fait que commencer. Tous les postes sont doublés, le Champion de France en titre pourra faire face à d’éventuelles blessures ou suspensions. Pas de doute, le PSG est prêt à casser la baraque.

¤ Non, le PSG s’est affaibli

Avec les départs de Zlatan Ibrahimovic et David Luiz cet été, le PSG a perdu deux de ses cadres des saisons précédentes. Et dire que Blaise Matuidi aurait lui aussi pu quitter le Parc des Princes, même s’il n’a finalement pas rejoint la Juventus. Salvatore Sirigu (prêt), Gregory van der Wiel, Lucas Digne ou encore Benjamin Stambouli ont aussi quitté les rangs du PSG. Difficile de nier l’affaiblissement de l’effectif de la capitale. Et Zlatan qui quitte Paris, ce fut un coup très dur pour l’équipe. A lui tout seul et toutes compétitions confondues, le suédois a marqué presque autant de buts (50) que Edinson Cavani, Angel Di Maria et Lucas tous trois réunis (53) l’an passé. Vous avez dit irremplaçable ? Désormais seul en pointe, Cavani a du mal à peser sur le jeu comme le faisait son illustre prédécesseur. Et quid de la présence de Ben Arfa dans le onze de départ ? L’ex-niçois a montré sur ce début de saison qu’il avait du mal à s’insérer dans le collectif parisien et à s’imprégner de la philosophie de jeu voulue par d’Unai Emery.

L’état-major parisien n’a pas fait de folies sur le marché des transferts. Pire, pour la première fois depuis l’arrivée de QSI à la tête du club, le PSG a terminé le mercato avec une balance bénéficiaire ! Le club totalise 68 millions d’euros d’achats et 80 millions d’euros de ventes. L’achat le plus coûteux fut celui de Grzegorz Krychowiak pour 30 millions d’euros. Ce n’est rien comparé au coût de la recrue phare de la saison 2015-2016, Angel Di Maria, pour 63 millions d’euros ni celle de la saison 2014-2015, David Luiz, pour 50 millions d’euros. Paris a décidé d’être raisonnable. Peut-être trop ? Pour remporter la Ligue 1, sans doute pas. Mais reste l’épineux sujet de la Champions League, qui échappe toujours au Paris Saint-Germain. Si le groupe des parisiens leur ouvre tout droit la porte des huitièmes de finale, il faudra attendre un très gros affrontement plus tard dans la compétition pour définitivement juger des capacités de cet effectif comparé à celui de 2015-2016. Dans l’esprit de certains supporteurs, cela va être compliqué, certains craignant même sur les réseaux sociaux que le PSG n’entre dans une période de transition et que ainsi, l’année ne puisse pas être si belle que prévue.

Au-delà de l’aspect sportif, il y a l’image et la notoriété que dégagent le club aux yeux du monde. Zlatlan Ibrahimovic étant parti, le club s’était mis en quête d’un remplaçant à sa valeur, tant sur le plan sportif que sur le plan marketing. Visiblement, les dirigeants n’auront pas trouvé chaussure à leur pied.

¤ Au final, que doit-on penser ?

Que seule la vérité du terrain compte !

——————————-

Alexandre BOERO