Tennis – La France et la Coupe Davis, c’est terminé pour cette année

Richard Gasquet n'a rien pu faire pour éviter la défaite des bleus en demi-finale de Coupe Davis - 18 septembre 2016 (Crédit photo : Twitter @FFT)
Richard Gasquet n’a rien pu faire pour éviter la défaite des bleus en demi-finale de la Coupe Davis – 18 septembre 2016 (Crédit photo : Twitter @FFT)

L’équipe de France de tennis s’est faite éliminer par la Croatie en demi-finale de la Coupe Davis, dimanche à Zadar, sans avoir brillé du week-end. Les bleus de Yannick Noah, privés de Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga, sont tombés sur un os. Retour sur un week-end qu’il faudra digérer.

L’équipe de France de tennis masculin ne disputera pas la finale de l’édition 2016 de Coupe Davis, deux ans après celle perdue contre la Suisse à Villeneuve-d’Ascq. Peut-être l’heure d’une première remise en question pour le capitaine emblématique des tricolores, Yannick Noah, qui espérait sans doute aller au bout. Ou bien une défaite liée à de trop lourdes absences, celles de Gaël Monfils, récent demi-finaliste de l’US Open, et de Jo-Wilfried Tsonga.

Ces bleus n’ont pas su faire peur

Vendredi, tout avait pourtant bien commencé. Sérieux et appliqué, Richard Gasquet lançait les bleus sur les chapeaux de roues, en disposant en trois sets du prometteur Borna Coric. Mais voilà qu’entrait en jeu Marin Cilic pour les croates. L’arme fatale. Sur sa route, le français Lucas Pouille, véritable révélation tricolore de ces deux dernières saisons. Si le récent tombeur de Nadal à New-York est combatif, et qu’il parvient même à revenir à deux sets à un, la marche est trop haute face à l’expérimenté Cilic, vainqueur de de l’US Open il y a deux ans. Le français est défait en quatre sets. Les deux équipes sont à égalité avant le double.

Samedi, place au plat de résistance, le double. En tribunes, le Monsieur Ace croate, Goran Ivanisevic, parie que l’équipe qui remporte le match filera en finale. Il ne croit pas si bien dire…

La France imagine bien que grâce à sa paire numéro une mondiale, composée de Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, ça devrait passer.

Un double déterminant

Dans une ambiance survoltée, parfois trop, les bleus sont malmenés par la paire Marin Cilic et Ivan Dodig. Méfiance est de mise. Souvent associé à son ami brésilien Marcelo Melo, Dodig est huitième mondial du double à l’ATP. Un client. Mahut et Herbert ne sont pas dans leur assiette et cumulent beaucoup trop de fautes pour espérer rivaliser avec les deux croates, en réussite. Les français cèdent en quatre manches, sans jamais avoir fait impression de supériorité. La Croatie s’offre les deux meilleurs joueurs du monde de la spécialité et vire en tête. Avec une option sur la finale.

Dimanche, Richard Gasquet était de nouveaux sur les courts, avec l’espoir d’entretenir la flamme de l’équipe de France. Propulsé numéro un français pour cette demi-finale, le bitterois est très vite dominé par Marin Cilic, qu’il a pourtant battu deux fois en trois confrontations. Le français est balayé en trois sets par le géant croate, véritable bourreau des bleus sur trois jours. Cette fois, c’est fini. La délégation française est vaincue par plus forte qu’elle. La fin d’un parcours.

Pas « d’effet Noah » qui va « parler avec les joueurs »

Yannick Noah n’aura pas pu se livrer à une petite danse dont il a le secret. Les bleus sont renvoyés à la maison après avoir vécu une aventure au goût amer d’inachevé. Car le capitaine des tricolores la voulait (la Coupe Davis).

Peu après la défaite de Richard Gasquet dimanche après-midi, Yannick Noah a rapidement réagi au micro de France Télévisions, en visant clairement l’un des deux absents, Gaël Monfils : « Ceux qui ont été là cette semaine ont fait tous les sacrifices ». Le parisien, blessé, n’était pas resté supporter ses équipiers, ce qui a évidemment déplu au capitaine Noah.

L’unique français vainqueur de Roland-Garros a aussi estimé que « le contrat moral n’a pas été totalement respecté » avec les joueurs. Il sous-entend que certains ne se sont sans doute pas donnés à fond. De quoi peut-être le pousser vers la sortie. Une discussion aura rapidement lieu avec les joueurs pour « mettre au clair un certain nombre de choses », comme il l’a déclaré sur beIN SPORTS dimanche. C’est de celle-ci que dépend probablement l’avenir de l’ancien champion à la tête de l’équipe de France.

Alexandre BOERO

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Cet article est disponible sur YourZone beIN SPORTS, en cliquant ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *