Interview exclusive – Eric Carrière : l’amour du football, mais pas que !

Eric Carrière fait partie de ces anciens footballeurs qui ont su trouver une vraie reconversion à l’issue d’une carrière dorée. L’ariégeois a accordé une interview à alexandreboero.com dans laquelle il se livre avec sympathie sur les médias, la Ligue 1 et le futur de l’OM, ainsi que le rapport entre le sport et la santé. Le consultant TV évoque aussi son emploi du temps, très chargé en raison de multiples activités. A découvrir sans modération.

 

A la télé, vous regardez quoi Eric ? Vous avez le temps pour ça ? 

Je regarde peu la télé. Je regarde les matchs de football, des bouts d’émissions sur les réseaux, ce qui permet de faire un peu comme les jeunes, de rester jeune. Sinon, avec toutes mes activités, j’ai peu de temps. On a quatre filles avec mon épouse, il faut garder un peu temps pour la famille. On va plus regarder un DVD avec ma femme et les enfants. Et après, je bosse.

Des séries TV, des films qui vous attirent ? 

Ah des séries, bien sur. Ca a débuté évidemment par 24 heures chrono. Aujourd’hui il y a Walking Dead, ce qui n’est pas la même chose, mais je regarde tous ces types de séries oui.




Et toutes les émissions comme Quotidien, TPMP, vous êtes plutôt fan ? 

Non, pas vraiment. Mais c’est une question de temps. J’ai du mal à prendre le temps de me poser devant la télévision. Je suis beaucoup plus posé devant mon ordinateur à gérer tous les mails que j’ai à traiter toute la journée. Il faut se tenir informé de ce qui se passe, heureusement.

Vous êtes assez discret dans les médias, est-ce que vous envisagez, maintenant que vous êtes patron d’entreprise, autre chose que le consulting ? 

Non, pas pour le moment, dans le milieu du sport pourquoi pas…

“La vie d’entraineur me rebute un peu”

… ou peut-être une carrière d’entraineur ou manager….

Ah mais j’avais bien compris votre question (rires). J’ai passé les diplomes parce que c’est enrichissant, ça me sert dans mon métier de consultant. Mais la vie d’entraineur me rebute un peu. Les coachs sont vraiment très pris par ce qu’ils font, ce qui laisse peu de temps sur l’aspect social et familial. Par rapport à l’équilibre, je préfère laisser ça aux autres et m’épanouir, parce que je trouve que c’est important de ne pas rester dans une bulle. Ceux qui sont que dans le foot, on a l’impression qu’il n’y a que ça pour eux dans la vie. Alors moi j’adore le foot, je prends du plaisir à pratiquer dans la vie de tous les jours, à commenter des matchs. Mais je prends plaisir aussi à être dans d’autres milieux.

Quelques mots de sport avec la Ligue 1. Est-ce vous voyez Monaco ou Nice titiller le PSG jusqu’au bout ? 

Plus Monaco que Nice je pense. Ce que fait Nice, c’est déjà fantastique. On ne pensait pas que Montpellier irait au bout il y a quelques années, puis finalement ils sont allés jusqu’au titre. Mais je pense que Monaco et Paris sont bien armés, ce qui fera un joli duel. Ce sera plus intéressant que la saison passée où Paris avait bien débuté, au contraire de toutes les autres équipes importantes, ce qui avait donné un championnant intéressant pour la deuxième place, mais pas pour la première.




Puisque nous sommes à Marseille Eric, après la reprise de l’OM par Frank McCourt, vous êtes plutôt optimiste ou pessimiste sur l’avenir du club ? 

Aucun des deux… Je suis content que Marseille ait pris un entraineur comme Rudy Garcia qui, pour moi, a beaucoup de valeur. Il faut voir à présent comment la politique va être menée. On sait qu’il faut en général deux mercatos pour dessiner un groupe qui va lui ressembler, ce qui prend du temps. Après, du temps, il y en a peu dans des clubs comme l’Olympique de Marseille. Une reprise, ça doit donner un élan nouveau. Il faudrait que le club bouge un petit peu au mercato d’hiver.

A quelle place vous verriez le club au moment de la trève hivernale ? 

Il faudrait se trouver entre la 6ème et la 8ème place. C’est possible, sans problème. Mais la problématique dans ce type de club, comme au FC Nantes, c’est qu’il y a une pression populaire du résultat, ce qui peut faire déjouer l’équipe, rendre les joueurs tremblotants. C’est le rôle du staff de faire en sorte que tout se passe bien. Après, j’imagine que ça doit pas être facile en ce moment.

Et alors, comment vous faites pour garder la forme ? 

Mon sport restera toujours le football. Je fais un peu de renforcement dans une salle de sport, une à deux fois par semaine, pour être bien au foot. Je fais aussi un peu de foot à cinq, dans des salles. Cela reste toujours un vrai plaisir. Il faut rester en forme pour pouvoir être performant face aux petits jeunes… c’est préférable.

“Mon coup de coeur ? C’est Nice”

Quels sont vos coups de coeur joueurs ou clubs de ce début d’année ? 

Le coup de coeur c’est Nice. Wylan Cyprien, que je trouve très très intéressant. Jean Seri également, qu’on avait déjà vu la saison dernière. C’est un joueur moderne, je trouve. Il est à la fois puissant, il a une bonne vision du jeu. J’aime beaucoup les joueurs qui sont dans le contre-pied, ils vont regarder à droite ils vont donner à gauche, ce qui donne du temps aux partenaires. Et il n’y a pas tant de joueurs que ça qui le font. Les milieux niçois maitrisent bien cet aspect du jeu.

Le sport Eric, c’est vraiment la santé ? 

Oui bien sur. Le sport, ce n’est pas forcément toujours la santé. Oui, c’est nécessaire pour avoir la santé, mais ce n’est pas suffisant. Il faut, à côté, une hygiène de vie, et d’autres éléments. Pour moi, c’est primordial, pour essayer de vivre le mieux possible et de bien vieillir. Ce n’est pas plus mal de pratiquer.




Pour vous, c’est important de participer à ce genre d’événement (ndlr : le Colloque Médias Santé) ? 

C’est intéressant parce que ça permet aussi d’analyer ce que l’on fait soi-même. Et puis j’ai une entreprise, donc de réfléchir aussi au sport en entreprise pour avoir des salariés qui puissent être en forme et en bonne santé, c’est un ressort psychologique aussi.

“J’ai une entreprise de négociations en vins, Caves Carrière”

Parlez-nous justement de votre entreprise…

C’est une entreprise de négociations en vins, Caves Carrières. Nous sommes sept dans l’activité, à Dijon, où je suis resté vivre avec ma famille, en Bourgogne, où on a de quoi faire. Avoir sa propre entreprise permet de voir l’envers du décor, par rapport à ce qu’on pouvait vivre en tant que joueur.

La moutarde a du souci à se faire alors… 

(Rires) Il n’y a pas que la Moutarde…

 


[Interview exclusive] Eric Carrière, ex-footballeur international et consultant TV sur Canal + by alexandreboero.com


Retrouvez Eric Carrière sur Canal + pour la Ligue 1 !




Interview réalisée par Alexandre BOERO, le 1er décembre 2016 à Marseille.

Avec la complicité de Monsieur “Apéro-Sports”, Romain POMMIER, et la caméra de Mourad AERTS.

Merci à Eric Carrière et au colloque Médias & Santé “La Provence”.

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : Twitter ©carriere_eric

Laisser un commentaire