Débrief “Elysée 2017, Le grand débat” – Round 4 : Moralisation de la vie politique (5/7)

Après le premier débat de la présidentielle 2017, qui avait vu Mélenchon rencontrer un succès d’estime par l’ensemble de la presse nationale. Hier soir avait lieu un moment historique avec pour la première fois un débat rassemblant l’ensemble des candidats. Petits comme grands, favoris comme outsiders étaient réunis sur BFMTV et CNews afin d’exposer leurs idées, retour sur 4h30 d’échanges.

 

C’est dans un décor sobre que prit part le débat télévisuel de premier tour. Onze pupitres blanc dirigés vers le bureau blanc des juges du temps, 400 spectateurs répartis sur des chaises disposées en amphithéâtre. Malgré la présence de quelques gladiateurs préparés aux joutes verbales et quelques outsiders aux dents longues, aucune gouttelette de sang ne fut déversée sur le sol laqué. Mais ce fut par moment un combat de boxe sans toutefois constater de réel K.O. technique ou physique.

Mélenchon « Je compte remettre tout à plat et convoquer une constituante, le peuple aura le droit de révoquer un élu en cours de mandat. Je nommerai un haut commissaire contre la corruption car j’estime que le mal est bien plus grand que ce qu’on voit. »

Dupont « Je suis pour la mise en place d’une chartes éthique. Les candidats devront aussi avoir un casier judiciaire vierge. Je le demande pour un éducateur alors demander ça pour un président est la moindre des choses. On peut voter toutes les lois de la terre mais il faut une dissuasion nucléaire. Ainsi si vous êtes pris, vous ne pouvez plus être candidat. La lutte contre la corruption doit se faire à tous les niveaux (arrangements supposés entre politique et entreprises). »

Attaque de Nicolas Dupont-Aignan contre Emmanuel Macron et le conflit d’intérêt lorsqu’il était ministre :


Tirade de Poutou à retrouver en haut de dossier, ICI.

Réponse de Fillon « Je vais vous foutre un procès, vous. »

Le Pen « Il faut remettre la proportionnelle, Pour améliorer le processus démocratique. Le référendum permet de supprimer des échelons Je n’ai jamais participé à une majorité. Je suis persécutée dans une affaire où il n’y a pas l’ombre d’un enrichissement personnel. »

Hamon « Ce qui choque les Français, c’est le sentiment d’impunité qui concerne aussi les politiques. Il faut faire tomber les privilèges avec une loi sur la moralisation de la vie politique : il faut un casier vierge, la fin du pantouflage (fin du réseau constitué dans la sphère public et monnayé dans la sphère privée), transparence dans les dons des campagnes… »

Macron « Je n’attendrai pas une loi : pour nos candidats aux législatives et pour les fonctions ministérielles, il n’y aura pas de casier judiciaire. J’interdirai qu’il y ait toute fonction professionnelle pendant ces mandats. Nous interdirons les emplois familiaux. »

Fillon « Si je suis élu, je demanderais à magistrats de faire une proposition sur la réforme des règles pour une moralisation de la vie politique. Cette réforme sera soumise au parlement. Je serais un président exemplaire qui ne confie pas aux journalistes des secrets défenses, un président exemplaire dit la vérité sur la situation du pays. On a voulu m’éliminer de cette compétition politique, je suis toujours là un président exemplaire est un président qui tiendrait ses engagements. »


Arthaud « Les passes-droits sont écœurants, il y a un décalage choquant entre ce que disent M. Fillon, Mme Le Pen et leurs agissements. Ce décalage est insupportable. Quand on est travailleur et qu’on est malade, on est contrôlé à domicile. Quand on ne peut pas se rendre à Pôle emploi, on doit fournir des justificatifs. Dans une entreprise, une caissière qui récupère des bons d’achat peut être licenciée. Il faut changer les institutions . J’ai un un modèle la commune de Paris, en 1871. Le peuple avait alors décidé que les élus soient révocables à tout moment, et rémunéré au salaire d’un ouvrier. »

Mélenchon « Je suis pour qu’on donne le droit de révoquer un élu par un référendum révocatoire système qui fonctionne dans deux états aux USA et en Amérique latine. Je proposerai de donner le droit de révoquer un élu avec 2 à 4% du corps électoral. La VIe République ne doit pas être octroyée par un groupe de personne.L’assemblée constituante écrira la nouvelle Constitution. J’aspire à une Révolution citoyenne, pacifique et tranquille. »

Macron « Je veux un parlement avec moins de membres, environ 1/3 de moins. Cela permettra aux députés d’être plus efficace. Il faut aussi faire moins de lois, pas pour dégager un temps de préparation mais surtout pour mettre en place un temps d’évaluation des lois. »

Fillon « Une meilleure gestion de notre constitution permet d’avoir de la stabilité, le fait de vouloir changer les institutions est le signe d’un pays qui a du mal à s’aimer. Il y a des urgences : le redressement économique et social. Les questions institutionnelles ne sont pas prioritaires dans le monde actuel. »

Le Pen « Je ne comprends pas pourquoi le peuple n’a pas le droit de s’exprimer sur l’intégralité des sujets qui le concerne. C’est pourquoi je veux faire une révision constitutionnelle par le biais d’un référendum, défense et protection du patrimoine culturel historique, inscription dans la constitution permettrait de remettre des crèches (signe religieux) dans les municipalités. »


Dupont-Aignan concernant le vote blanc « Il est vital de prendre en compte la colère populaire qui va s’exprimer par l’abstention. Le vote blanc va être comptabilisé, et au-delà de 50 % l’élection sera annulée. »



Pour tout savoir de ce débat, alexandreboero.com vous propose un grand débrief exceptionnel, thème par thème, d’une soirée qui fera date,

Sur notre page spéciale tout au long de ce mercredi 5 avril : 

alexandreboero.com/category/medias/dossiers (lien cliquable)








Romain POMMIER (Twitter : @Focus_Malus – La Rubrique « Apéro-Sports »)

Crédit photo : Twitter @BFMTV


Publié le 5 avril 2017 à 14h06

Laisser un commentaire