Apéro Sports #25 : Prenez un shot de l’actualité sportive !

Vous revenez d’un week-end pluvieux en Normandie et vous n’avez pas suivi l’actualité sportive ? Nous avons pensé à vous ! Voici un petit résumé du samedi 26 et dimanche 27 août 2017. Ligue 1, Tennis, Boxe… Tout est là et bien plus encore.




Foot. Samedi de première. Une nouvelle saison commence, et la cuvée 2017/2018 semble bien moins prolifique que la précédente pour le club de Nice. Alors que le soleil plombe les mamies aux gants de toilette bronzés comme deux tartines de pain oubliées depuis bine trop longtemps dans le toaster. L’équipe de Lucien Favre enchaîne les mauvais résultats, mais surtout les déculottées, comme les accros du bronzage les cartes à Point Soleil. Le dernier tortionnaire des Niçois se nomme Amiens. Pour sa première saison dans l’élite française, le club samarien (de la Somme, on a du vocabulaire à la rédaction) s’est offert le scalpe d’une mémé mal en point. Une cascade de but que le grand Mario, occupé à faire du jet-ski malgré “sa maladie”, n’aura pas vu. Au coup de sifflet final, un score de 3-0, dont un magnifique coup-franc direct pour l’ancien futur Thierry Henry, Gaël Kakuta. Je ne sais pas pourquoi, mais ça sent, le transfert cet hiver à Fulham pour sauver les Cottagers d’une descente en 3ème div’.

Lucien Favre à son président “Piouuufff, elles sont déjà super loin les places en coupe d’Europe” (Source : compte Twitter @ogcnice)

Choc des techniciens. Le Mourinho du pauvre, Pascal Dupraz, a remporté une belle victoire 3-2, sur le Bielsa français (Gourcuff) . La joie tout en mesure d’un grand technicien, aux idées de jeu à faire pâlir un Guardiola en difficulté avec City, déclara après le match “on va quand même savourer cette victoire, car on ne peut pas reprocher à cette équipe sa bravoure.” Les couilles ont disparu de son discours. Ruquier appréciera l’évolution du langage du Savoyard. Vivement 2020, et les débats Dupraz-Beigbeder, ou Dupraz-Édouard Philippe sur France 2 à 0h37.

“Quoi j’ai un boulard énorme???” (Source : compte Twitter JFooteux)

Une première plutôt nulle. Sinon le match de la sieste à 17h à bien porté son nom. Décidément les débuts de saison Girardesque se suivent et se ressemble à Nantes. Les jours du Bricoleur Ranieri semblent de plus en plus comptés, eu égard au niveau de jeu abyssal de son équipe. Face à un FC Nantes peu offensif, les Lyonnais n’ont pas réussi à faire sauter le verrou, ni leurs supporters devant leurs télévisions. Résultat, un bon vieux 0-0 made in ligue 1, et peu d’occasions de sortir de la torpeur dans laquelle nous a plongé la sieste post-soirée. Avec une patiente, équivalente à la protection de sa crème solaire indice 5 face aux UV de sa cabine personnelle, Waldemar ne devrait pas résister longtemps avant de faire des déclarations tonitruantes contre son entraîneur, et finir par virer l’Italien. Mister, il fera bien meilleur à Rome en octobre, que sur les bords de l’Erdre.




Une première à la maison. Un peu plus loin des UV, et des mémés oranges. Le Stade Malherbe a conforté son excellent résultat acquis la semaine dernière contre le meilleur coach du monde (2-0 à Lille), en battant un FC Metz englué dans les profondeurs du championnat. Le joli petit but de Rodelin à la 50ème aura suffi, pour attribuer les trois points aux Normands, et prendre une petite marge agréable sur les adversaires du soir. À noter, la présentation de la nouvelle recrue Jan Repas, quelques jours après avoir fait la misère au plus gros melon du football français Patric Evra avec Domzale, le milieu slovène au toucher de balle tout en délicatesse a reçu l’approbation de Denis Brogniart. “Les Messins, l’ensemble des clubs de ligue 1 ont décidé de vous éliminer, et leur sentence est irrévocable”. Cette victoire signe le début d’un nouveau cycle pour le club normand, qui n’avait plus remporter de match dans son antre depuis le mois de février dernier. Vivement les apparitions en équipe première d’Arthur Kinder (goal de la réserve), Paul Nouga (défenseur en U19) au côté de Jan Repas. Un régal, ces Caennais !

Boxe. Le deuxième combat du siècle en deux ans pour l’invincible Mayweather, opposé cette fois-ci à la star d’arts martiaux mixtes (MMA) a eu lieu dimanche matin à la fraîche en France. Alors que les afters se terminaient avec des gueules de bois monumentales un peu partout dans l’hexagone, Las Vegas fut l’espace de 10 reprises le centre du monde. La T-mobile Arena ne sonnait pas creux, mais les tarifs exorbitants n’ont pas permis de garnir plus de 14 500 places sur les 20 000 disponibles, plutôt normal quand le billet 1er prix est vendu à partir de 1 400 euros. Tous les consultants avaient prédit une victoire facile du Jay-z de la Boxe mondiale, il en fut tour autre. L’Irlandais McGregor a même taquiné le menton de l’Américain à plusieurs reprises. Mais le temps faisant son affaire, l’Américain a peu à peu pris le dessus, pour enfin envoyer au tapis à la 10ème reprise le champion de MMA. Une victoire acquise dans la douleur, mais comme dirait le meilleur coach français de tous les temps Zidane, après un match amical de l’équipe de France, “l’important c’est les trois points”. Après sa 50 ème victoire en autant de combats, Money est devenu le sportif le mieux payé de l’histoire avec deux sorties sur les rings à plus de 150 millions chacune, il a annoncé aussitôt sa retraite sportive.

Dans le même temps, en lisant les sommes annoncées dans la presse le père de Neymar aurait demandé à Floyd de sortir de sa fin d’activité, pour affronter son fils pour un combat se déroulant dans le Parc des Princes. L’entourage de Kyllian Mbappé serait aussi sur le coup en cas d’échec. Affaire à suivre.

via GIPHY

La Banque Centrale Américaine dévalisée afin de payer la rencontre entre les deux Golgoths

Sinon pendant ce temps, le tennis mondial est toujours porté disparu, le circuit principal ressemble de plus en plus aux tournois des légendes, Noah et Murray en moins.. Le clan français brille enfin sur la Vuelta avec une victoire du Poulidor du XXIème siècle, Julian Alaphilippe sur la 8ème étape. Et sinon Marseille devrait se prendre une mini volée ce soir au Louis II, même privé de Fabinho et Mbappé, les Monégasques vont faire l’amour pendant 90 minutes à des marseillais regroupés dans leurS 25 mètres pour éviter de se faire à nouveau ridiculiser. Mais la ligne Maginot finit toujours par rompre. Surexposé, alors que bien de son niveau international, Mandanda finira par craquer. Tout d’abord, sur une mauvaise couverture du remplaçant de Pat’ Evra, Sidibé centre pour le plat du pied de Falcao (33′). Le Colombien doublera la mise en toute fin de match, sur une passe en retrait hasardeuse signée Doria. Le Brésilien ayant été perturbé par le décolleté plongeant de Pamela, assise au bord du terrain à côté de Rami. À défaut d’être sur le terrain le spectacle en était tout proche. Merci qui? Merci tonton Adil. Stratégie payante pour Canal +, moins pour l’OM.

                                                                         

via GIPHY





Romain POMMIER

(Twitter @Focus_Malus – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : Compte Twitter JFooteux


Publié le 27 août 2017 à 20h57

Laisser un commentaire

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Partagez