Débrief “Elysée 2017, Le grand débat” – Round 5 : le service public (6/7)

Après le premier débat de la présidentielle 2017, qui avait vu Mélenchon rencontrer un succès d’estime par l’ensemble de la presse nationale. Hier soir avait lieu un moment historique avec pour la première fois un débat rassemblant l’ensemble des candidats. Petits comme grands, favoris comme outsiders étaient réunis sur BFMTV et CNews afin d’exposer leurs idées, retour sur 4h30 d’échanges.

 

C’est dans un décor sobre que prit part le débat télévisuel de premier tour. Onze pupitres blanc dirigés vers le bureau blanc des juges du temps, 400 spectateurs répartis sur des chaises disposées en amphithéâtre. Malgré la présence de quelques gladiateurs préparés aux joutes verbales et quelques outsiders aux dents longues, aucune gouttelette de sang ne fut déversée sur le sol laqué. Mais ce fut par moment un combat de boxe sans toutefois constater de réel K.O. technique ou physique.

Le Pen « Le service public à la française est essentiel car permet une égalité entre citoyen et aussi entre territoire. il ne doit avoir aucune volonté de rentabilité. »

Hamon invective alors les deux journalistes sur le temps de parole de chaque candidat car la candidate frontiste est à plus de 17 minutes alors que certains ont trois minutes de moins, « Faites bien votre travail et nous ferons le notre ».


Fillon « Depuis 20 ans, nous avons 1 million d’emplois publics supplémentaires, on ne peut pas parler de démantèlement. Nous avons 2200 milliards de dette. Ne pas vouloir traiter la dette française, c’est s’interdire de traiter tous les sujets qu’on a évoqués ce soir. Il faut revenir à l’équilibre des finances publiques. »

Hamon « Au moment de la crise financière se sont les fonctionnaires qui ont tenu le pays, respecter ceux qui vont mettre en œuvre vos idées, j’aime la fonction publique ! La plus part de nos services publics sont sur l’os, on doit mettre des moyens sur ces services. »


Mélenchon « Il y a des services nouveaux à créer, le service public de l’eau par exemple.Il faut recruter 60 000 personnes dans le secteur de la santé puis 60 000 autres dans la scolarité. Concernant la crise financière qui arrive, on ne peut pas dire aux jeunes générations de payer la dette actuelle.La Banque Centrale Européenne doit prendre en charge les dettes des pays, afin de permettre aux pays de respirer. Les statuts de la BCE doivent changer et vite ! »

Macron « Derrière les chiffres que l’on donne il y a des hommes et des femmes, il faut investir pour moderniser le service public. Il faut tout d’abord réduire à 12 élèves les classes dans les ZEP, il faut recruter dans la santé, la sécurité… Il faut embaucher sur quelques priorités, et ne pas renouveler des fonctionnaires qui partent à la retraite dans d’autres domaines. Je fais 60 milliards d’économies sur le quinquennat. Les collectivités territoriales seront amenées à ne pas renouveler certains départs à la retraite. Ensuite, je propose des économies à réaliser sur l’Etat. Je supprime la taxe d’habitation pour 80% des Français»

Poutou « Je fais une petite remarque à Macron : vous ne comprenez pas grand chose au travail, il y a une grande souffrance. Il faut embaucher pour ne pas que tout craque, et répondre à cette situation de fracture sociale.»




Pour tout savoir de ce débat, alexandreboero.com vous propose un grand débrief exceptionnel, thème par thème, d’une soirée qui fera date,

Sur notre page spéciale tout au long de ce mercredi 5 avril : 

alexandreboero.com/category/medias/dossiers (lien cliquable)








Romain POMMIER (Twitter : @Focus_Malus – La Rubrique « Apéro-Sports »)

Crédit photo : Twitter @BFMTV


Publié le 5 avril 2017 à 14h27

Laisser un commentaire