Exclusif : Interview de Caroline, candidate de “Koh-Lanta Fidji”

A 31 ans, Caroline est une femme accomplie, qui sait ce qu’elle veut. Découvrez l’interview exclusive de la Provençale, candidate de “Koh-Lanta : Fidji”, accordée à alexandreboero.com.




De notre entretien avec elle, il est ressorti une femme de caractère, active. Caroline, 31 ans, candidate de “Koh-Lanta Fidji”, à l’antenne sur TF1 à partir du 1er septembre 2017, est une maman modèle, qui sait aussi s’occuper d’elle. La Provençale, membre de l’équipe rouge des Makawa, s’est longuement confiée sur sa personnalité, son aventure Koh-Lanta, et quelques-unes de ses passions.

Caroline, d’où nous viens-tu ?

J’habite à Trets, dans les Bouches-du-Rhône (ndlr : commune de 10 000 habitants, située à 45 minutes de Marseille en voiture), et je travaille à Aix-en-Provence.

Tu es directrice d’une maison de retraite. Comment tu en es venue à occuper ce poste à responsabilité si jeune ?

J’ai fait des études de droit pendant 6 ans, à Toulon puis Aix-Marseille après. J’ai validé un Master 2, puis j’ai fait quelques boulots dans le juridique. Je suis également ancrée dans les sports mécaniques, puisque mon mari est ancien champion de France et champion d’Europe de Supercross. J’ai rencontré mon patron actuel dans ce milieu-là. C’était un vrai défi de prendre la tête d’une maison de retraite, puisque j’ai sous ma direction pas mal de salariés, et comme je suis une femme qui aime les défis et que j’ai la bougeotte, je ne sais pas ce que je ferai dans quelques temps.

“Je suis une femme de caractère, je n’ai peur de rien”

Félicitations en tout cas. Qu’est-ce qui t’a poussé ou donné envie de faire Koh-Lanta ?

Merci. Tout ce qui est un peu insolite ou extrême, j’aime bien. Je suis une femme de caractère, je n’ai peur de rien. Je suis assez indépendante aussi, malgré ma vie de famille. Du coup, c’était le but, de prouver aussi aux gens qu’on peut avoir mon schéma de vie, une vie bien remplie, et que quand on veut quelque chose, on peut l’obtenir et aller au bout.

Comment tu t’es sentie le jour du départ, au moment où tu as quitté ton domicile pour monter dans ton avion ?

Je me suis sentie hyper excitée, parce que j’aboutissais à quelque chose que je voulais vraiment faire. J’ai eu la chance de faire un one shot (ndlr : c’était la première fois que Caroline postulait à Koh-Lanta). A part ça, ça prend du temps entre l’envoi du courrier initiale, le casting et le départ.

“Il faut penser un peu à soi pour être bien avec les autres”

Si un de tes proches, une personne de ton entourage, devait te décrire, que pourrait-il ou elle bien dire de toi ?

Déjà que je ne suis pas une maman comme les autres, et que j’ai trois ou quatre vies dans ma vie, en terme d’emploi du temps et en terme d’activité. Ils diraient aussi que je n’ai peur de rien… J’essaie d’être une maman complète, et pour eux et pour moi. Je ne suis pas que maman. Je suis aussi une femme accomplie. Je pense qu’il faut penser un peu à soi pour être bien avec les autres.




Comment ont réagi tes proches quand ils ont appris que tu comptais partir à l’aventure ?

Peu de gens le savaient… Mon mari n’était pas étonné car il sait que je suis une aventurière dans l’âme. Ma famille proche m’a soutenue. Du côté de ma proche famille, je dois avouer que j’ai très peu de gens autour de moi qui auraient rêvé de faire ça ; mes amis oui par contre, il y en a plein qui sont dégoûtés et jaloux maintenant (rires). Par contre, ils trouvaient que ça me correspondait vraiment. Ils n’ont pas été très surpris.

La Provençale est prête à en découdre (Instagram @caroline_kohlanta)

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans l’aventure ?

La beauté du paysage. Ce n’est pas un endroit où on va tous les jours. C’est vraiment quelque chose que je retiens de cette aventure : ce côté magnifique du lieu. J’ai pas mal voyagé dans ma vie, mais les Iles Fidji c’est vraiment un lieu qui en terme de diversité du paysage est incroyable. J’ai plein d’images dans ma tête. J’espère que ça se verra dans l’émission.

Tu as voyagé dans quelles régions du globe ?

J’ai beaucoup été aux Etats-Unis par rapport à mon mari. Je n’avais pas fait l’Asie ni l’Océanie. C’était excitant de découvrir une région du monde que je ne connaissais pas.

Qu’est-ce qui t’a le plus manqué durant le jeu ?

Ma famille proche, mon mari. Je suis très très proche de mon mari. Ça fait 14 ans que je suis en couple. C’est assez atypique à mon âge, d’avoir un couple aussi solide depuis tant d’années. Mon mari me manquait au niveau affectif mais aussi en terme de coaching, et sur ma façon d’être aussi. Mes enfants bien sur aussi (ndlr : son plus grand va avoir 5 ans, ses deux jumeau-jumelle ont à peu près 2 ans et demi). On se retrouve sur Koh-Lanta avec plein de personnes qu’on ne connaît pas…

… justement, face à tous ces inconnus, l’intégration s’est-elle bien passée ? 

Grosso modo oui, j’ai l’habitude dans la vie de tous les jours de côtoyer beaucoup de personnes, j’ai une adaptabilité assez importante je pense. Mais forcément oui, moi comme n’importe qui, dans une aventure comme ça, évidemment qu’on a des atomes crochus plus avec certains qu’avec d’autres.

“On rit quand on sait qu’à 31 ans on est dans les vieux”

Le choc des générations, il a vraiment eu lieu durant les épreuves ? On apprend ça sur le tas…

On rit quand on sait qu’à 31 ans on est dans les vieux surtout (rires). Sur le coup, on rigole bien puisque d’habitude on me prend plus pour une jeune que pour une vieille. J’aime bien ce côté sagesse, organisation. C’était bien de commencer et de s’intégrer avec des gens plus posés, c’était sympa.




Comment as-tu vécu le manque de confort ?

Plutôt bien, parce que dans ma vie d’avant, avec mon mari ancien pilote de moto, j’ai pris l’habitude de vivre dans des conditions un peu inconfortables. On s’adapte à la situation. Ce n’est pas ce qui m’a perturbée.

La présence quotidienne des caméras, des techniciens… c’est dérangeant ?

Au départ, ce n’est pas naturel, et il faut se mettre dans le rythme. Au fur et à mesure, ou oublie et on prend le rythme avec les caméras.

Question obligatoire… évidemment, on ne sait pas ce qui va se passer durant cette aventure, mais que ferais-tu des 100 000 euros si tu remportais Koh-Lanta ?

Je suis en plein projet de construction de maison, donc ça m’arrangerait beaucoup, puisque nous sommes cinq à la maison, donc j’ai besoin de beaucoup d’espace et dans notre région ça coûte extrêmement cher. Et je pense que je garderais quelques milliers d’euros pour faire un beau voyage avec mes enfants et mon mari.

Est-ce que tu regardes la télévision ?

Oui, je regarde tout le temps Koh-Lanta, et aussi les chaînes d’information le matin. Je m’intéresse à la politique, aux choses un peu terre-à-terre peut-être, mais en tout cas, qui m’intéressent. Je ne dois pas cacher que je regarde un peu les dessins animés avec les enfants. Puis j’aime bien aussi tout ce qui est séries américaines, un peu pointues. J’aime bien les séries de Canal aussi, comme Engrenage.

Quels artistes tu apprécies ?

J’aime beaucoup Jean Dujardin, il peut jouer avec humour, sérieux… J’écoute pas mal Vianney, j’aime la pop-rock. J’aime beaucoup Kevin Spacey en acteur américain.




Alors forcément tu regardes la série House of Cards ?

J’aime beaucoup oui. Je suis aussi fan d’Usual Suspect. Shutter Island aussi j’aime beaucoup, avec Leonardo Di Caprio.. mais il faut le regarder plusieurs fois.

Caroline, sportive polyvalente (Instagram @caroline_kohlanta)

Qu’est-ce que tu aimes comme sport ?

Jusqu’à récemment, surtout la course à pied. Je faisais des trails et des courses sur route un petit peu, régionales, j’ai fait Marseille-Cassis l’année dernière. Et j’ai deux triathlons prévus bientôt. Je fais pas mal de vélo en ce moment. Et comme on a la mer ici, c’est cool.

Un point faible sur le triathlon ?

La natation… je ne suis pas super super douée. Je compte sur la course à pied.

Voici les 3 questions qui tuent ! Si tu partais sur une île déserte, tout de suite, seule, avec le droit d’emmener trois objets, n’importe lesquels, qui puissent rentrer dans une valise… tu prendrais quoi avec toi ?

Je prends mon téléphone pour pouvoir garder contact avec ma famille. Un bouquin de 3 000 pages, pour pouvoir lire un peu, et trois doudous attachés de mes enfants. Donc ça fait un gros doudou (rires).

Tu es une passionnée de lecture ?

En ce moment je suis sur Agnès Martin, j’ai lu toute sa bibliographie.

Si on te propose un crédit illimité et que tu peux partir dès demain dans le pays de ton choix, où voudrais-tu aller ?

Mes enfants sont petits donc je ne peux pas partir dans des pays trop peu développés. Actuellement, j’aimerais bien partir à l’île Maurice avec mes enfants. Pas dans un resort génial hyper confort mais dans un lieu un peu sauvage. Je ferais bien ça l’hiver. C’est un budget assez important. J’essaie de monter ça mais ce n’est pas encore fait.

Le métier dont tu rêvais quand tu étais jeune ?

Je rêvais d’être avocate… quand je les voyais dans les séries ça me disait bien. C’est pour ça que j’ai fait du droit.

Enfin… pour terminer… quel est ton prochain grand rêve Caroline ?

Un gros défi type raid aventure dans le désert. Soit ça, soit un genre de Paris-Dakar. Le dépassement de soi dans un lieu atypique. Mais j’adore échanger avec des populations très différentes. J’aime bien comme ça vivre à l’arrache dans un bivouac dégueulasse où on se lave qu’un jour sur quatre.. pourtant je me lave hein je suis féminine (rires).

Merci Caroline, je te souhaite au nom de tous les internautes du site et amoureux de Koh-Lanta une très belle aventure et te souhaite bonne chance dans tous tes projets.

Merci beaucoup, à toi aussi.


Retrouvez Caroline sur Twitter @Carolinekl18, Instagram @caroline_kohlanta

et Facebook @carolinekohlanta (liens cliquables).





Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédits photos : © Philippe Leroux / ALP / TF1


Publié le 31 août 2017 à 19h07

Alexandre Boero

Journaliste et Fondateur du site AlexandreBoero.com (1,7 million de visites depuis octobre 2016) / Journaliste sur Clubic.com

Laisser un commentaire

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Partagez