Exclusif : Interview de Marvyn, candidat de “Koh-Lanta Fidji”

Marvyn n’a que 20 ans, mais il est d’une débordante maturité. Découvrez l’interview exclusive du Francilien, candidat de “Koh-Lanta : Fidji”, accordée à alexandreboero.com.




De notre entretien avec lui, il est ressorti un garçon généreux, débrouillard, et amoureux des défis. Marvyn, 20 ans, est l’un des plus jeunes candidats de “Koh-Lanta Fidji”, à l’antenne sur TF1 à partir du 1er septembre 2017. Le Breton d’adoption, membre de l’équipe jaune des Coravu, s’est longuement confié sur sa personnalité, son aventure Koh-Lanta, et quelques unes de ses passions.

Marvyn, d’où nous viens-tu ?

Je suis originaire de région Parisienne. Je suis né à Tremblay-en-France. J’ai quitté la région parisienne à cause de conflits familiaux. J’ai donc atterri en Bretagne, en Ille-et-Vilaine, pour suivre une formation au lycée hôtelier de Dinard.

Tu bosses dans une start-up ? 

Je bosse dans le digital. Tout ce qui est communication, plateforme d’envoi d’emailing et de sms. C’est un secteur en plein développement.

Koh-Lanta Fidji © Philippe Leroux / ALP / TF1

Qu’est-ce qui t’a poussé ou donné envie de faire Koh-Lanta ?

Koh-Lanta, j’ai toujours regardé, avec ma mère et mes frères. On se dit « Pourquoi pas le faire ? ». Puis les années passent, on grandit. On a toujours envie de le faire mais ça s’atténue. Finalement ma maman et ma copine m’ont inscrit. Et puis j’ai reçu un appel. Et de là bein c’était assez fou.

Comment tu t’es senti le jour du départ, au moment où tu as quitté ton domicile pour monter dans ton avion ?

J’ai toujours été un peu seul… quand je suis parti de la région parisienne, je n’étais pas avec ma mère et mes frères, donc je me suis vite débrouillé tout seul. Ce qui me booste, c’est un peu le côté stress. J’adore être en condition de stress, c’est pour ça que je suis commercial. J’aime le challenge. Et quand tu apprends que tu fais Koh-Lanta, c’est juste impossible quoi. Sur le coup, je ne réalise pas. Puis il y a la part compétiteur qui arrive, j’ai toujours été un peu dans le sport, dans la compétition, donc là je commence à me mettre un peu en condition. Et je n’ai qu’une hâte : que ça commence.

Si un de tes proches, une personne de ton entourage, devait te décrire, que pourrait-il ou elle bien dire de toi ?

Si on en parle à ma mère, je pense que je suis le meilleur, le plus fort (rires). Sinon, pour les autres, je pense que je suis un gars sympa, cool, qui ne se prend pas la tête, qui aime bien rigoler, qui aime bien sortir… je suis barman. Sinon après, dans le boulot, je suis assez concentré. J’aime le travail bien fait.




Tu as déjà vécu pas mal de choses à ton jeune âge…

Oui, je n’aime pas la monotonie. Je me fixe des objectifs, et dès que je les atteins, je passe immédiatement à autre chose. Par exemple au lycée hôtelier, j’ai voulu mon bac pro, bein je l’ai eu. Après, j’ai obtenu une mention bar. J’ai fait deux saisons. Puis j’ai directement fait une formation commerciale. Et là, je suis dans cette entreprise à Rennes. J’aime bien quand ça bouge.

Avant de partir aux Fidji, “j’étais encore en période d’essai”

Comment ont réagi tes proches et ton patron quand ils ont appris que tu comptais partir à l’aventure ?

Au niveau de mon travail, ça s’est bien passé. J’ai dû mettre dans la confidence mon patron, c’est obligatoire évidemment, puisqu’il devait signer les papiers pour l’autorisation. Lui était plutôt content. Le seul souci après… c’est que j’étais encore en période d’essai (rires). Je venais tout juste d’arriver et je lui annonce que je vais partir deux mois. Mais il a été très compréhensif, il m’a tout de suite autorisé à partir, ça s’est vraiment bien passé. Au niveau de ma famille, tout le monde était heureux : ma mère, ma grand-mère et mes frères, qui étaient au courant, n’avaient qu’une envie : que ça commence. Par contre le jour où tu t’apprêtes à partir, ils préfèrent que tu restes.

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans l’aventure ?

Le premier départ, c’est ce qui m’a le plus marqué. Je n’aurais peut-être pas la chance de le faire une deuxième fois dans ma vie. Le commencement est extraordinaire.

C’est beau les Iles Fidji alors ?

C’est plutôt pas mal. Je ne sais pas si j’aurais les moyens d’y retourner, mais c’est vachement cool.

Le choc des générations, il a vraiment eu lieu durant les épreuves ? On apprend ça sur le tas…

Oui, on l’apprend en arrivant sur l’île. D’apprendre qu’il y a encore des nouveautés chaque année, c’est génial, ça épice un peu tout ça.

Le manque de tes proches, c’était compliqué je peux imaginer ?

On le ressent, oui. Je suis très proche de ma mère et de mes frères. Et même si je ne suis pas tout le temps avec eux dans la vie de tous les jours, puisqu’ils sont restés en région parisienne, c’est dur.




La présence quotidienne des caméras, des techniciens… c’est dérangeant ?

Non, ils sont très discrets et te laissent vivre ton aventure comme tu le penses.

Question obligatoire… évidemment, on ne sait pas ce qui va se passer durant cette aventure, mais que ferais-tu des 100 000 euros si tu remportais Koh-Lanta ?

J’aiderais ma mère et mes frères. Ma maman est seule, puisque mon père est parti et ne l’aidait pas, ce n’est vraiment pas facile pour elle, de se retrouver avec trois enfants à charge. Donc forcément, je donnerais la moitié à ma mère, et mes frères je pense que je leur payerais leur permis, et si je peux, une voiture.

“J’ai un chat à la maison, c’est comme mon bébé”

Marvyn et son chat, Mambo (Instagram @marvyn_kohlanta)

Est-ce que tu regardes la télévision ?

Sincèrement, pas vraiment… Je sors plus que je ne regarde la télé. A part… dimanche, j’ai regardé en replay La vie secrète des chats (rires). J’adore ça. J’ai un chat à la maison, c’est comme mon bébé, c’est un truc de ouf.

Il s’appelle comment ton chat ?

Mambo.

Mambo Number Five ?

C’est un peu ça (rires). Mais c’est trop mon bébé.

Tu regardes des séries un peu ?

Walking Dead, Game of Thrones au début, puis j’ai lâché. Mais je pense que je vais me remettre un peu dedans.

Qu’est-ce que tu aimes écouter comme musique(s) ?

Je suis plus branché rap, surtout avec mes frères qui s’y sont mis maintenant, ils font un peu de rap. Je suis trop trop fier, donc je les écoute tout le temps.

Tu vas au cinéma quand même parfois rassure-moi ?

J’y vais quand il faut faire plaisir à la copine. T’es obligé d’aller au ciné et acheter des popcorns, et elle est contente (rires).

C’est bien, tu fais ton devoir. Quels sont les sports que tu apprécies Marvyn ?

Depuis tout petit, j’ai été baigné dans le sport. J’ai fait de l’athlétisme. J’ai même fait du poney tout petit. Ensuite j’ai fait du karaté, puis du handball depuis que j’ai 12 ans. A partir de là, j’ai assez vite progressé. J’adore en faire. J’ai été dans la sélection du 93, et maintenant j’en fais ici en Bretagne.

Fan du PSG Handball alors ?

Ah oui un peu quand même !

Marvyn, posé en terrasse (Instagram @marvyn_kohlanta)

Voici les 3 questions qui tuent ! Si tu partais sur une île déserte, tout de suite, seul, avec le droit d’emmener trois objets, n’importe lesquels, qui puissent rentrer dans une valise… tu prendrais quoi avec toi ?

Déjà, je prends mon téléphone. Même moi qui suis loin de ma famille assez souvent, on peut tout le temps rester en contact. On a tout le temps le téléphone, on peut communiquer, par Messenger ou autres. Et après, on se débrouille (rires).

Si on te propose un crédit illimité et que tu peux partir dès demain dans le pays de ton choix, où voudrais-tu aller ?

A l’étranger, j’aimerais bien faire l’Australie.

Le métier dont tu rêvais quand tu étais jeune ?

J’ai toujours voulu tout faire. Je voulais être barman, pilote de ligne, vétérinaire… pour chat exclusivement bien entendu (rires).

Enfin… pour terminer… quel est ton prochain grand rêve Marvyn ?

J’ai toujours voulu monter ma propre société. C’est la prochaine étape. Ce sera mon prochain objectif.

C’est tout le mal que je te souhaite. Merci Marvyn, je te souhaite une très belle aventure et te souhaite bonne chance dans tous tes projets.

Merci beaucoup, c’est gentil.


Retrouvez Marvyn sur Twitter @Marvynkohlanta, Instagram @marvyn_kohlanta

et Facebook @Marvynkohlanta (liens cliquables).





Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédits photos : © Philippe Leroux / ALP / TF1


Publié le 31 août 2017 à 09h30

Alexandre Boero

Journaliste et Fondateur du site AlexandreBoero.com (1,7 million de visites depuis octobre 2016) / Journaliste sur Clubic.com

Laisser un commentaire