Football – Ligue 1 : Le digeo (digestif) du dimanche

Il a fait beau ce week-end. Vous n’avez pas pris l’abonnement Bein. La rédaction (enfin moi) est là pour vous faire un rattrapage des « faits » Ligue 1 du week-end. Comme ça, plus d’excuse pour ne plus répondre aux questions de Jeannot, lundi à la machine à café ! Alors avec ou sans sucre le cappuccino à 50 centimes ?

 

Rennes 2-0 Saint-Etienne. Plus rien ne va pour le David Ginola du pauvre. A force de se plaindre de ne pas avoir les moyens suffisants pour lui permettre de développer du beau jeu, et de vouloir une équipe à la hauteur de son talent, Christophe Galtier est en train de torpiller vers le fond la saison des Verts. Outre des prestations inadmissibles et indigentes, c’est le manque d’envie général qui interpelle. Après le match pathétique contre Marseille à domicile (37% de possession de balle et 7 tirs), l’ASSE fait preuve d’une inquiétante constance dans la médiocrité. Sur le terrain de Bretons loin d’être impériaux depuis le retour du Bielsa français, les camarades de Perrin ont livré de nouveau un match proche de l’apoplexie. Le gardien de but Rennais aura passé une journée plutôt tranquille, en n’étant pas sollicité. Ainsi, avec les 4 tirs concédés par son équipe pour 0 cadré, Costil n’a pas eu besoin de salir ses avants bras tatoués de hipster. Un cas de chômage technique, qui se fait de plus en plus régulier pour les adversaires des Verts, qui devraient tout simplement penser à faire entrer un joueur de champ tant le gardien n’a aucune utilité sur le terrain.

Pour en revenir au match du jour, les Rennais, guidés par un excellent Y. Gourcuff, dominèrent dans les grandes largeurs une rencontre qui avait tout du compagnon parfait pour une bonne sieste après le repas familial dominical. Mais c’était sans compter sur le retour en grâce de Paul-George Ntep, qui marqua sur un exploit personnel son premier but depuis 14 mois. La joie est à la hauteur de la délivrance du bonhomme, englué dans un début de saison des plus difficiles. La clôture du score dans les arrêts de jeu interviendra de la plus belle des manières par le super Sub de la Ligue 1, K. Grosicki. Le Stade Rennais peut-il enfin espérer jouer quelque chose en L1 ? Ou préférera-t-il s’incliner en finale d’une coupe nationale comme tous les ans ?

Une joie égale à celle de José Mourinho quand il apprit que le Fisc espagnol n’a rien compris à son montage financier pour masquer ses 12 millions d’euros planqués en Suisse.




OM 3-0 Nancy. Et si l’effet Garcia pointait enfin le bout de son nez ? Après des débuts plus que laborieux (6 points pris en 6 matchs, pour 3 buts marqués), les signes annonciateurs d’un redressement sont visibles. Après le match contre les Indigents (l’ASSE, à ne pas confondre avec les Indignés), où les collègues du nouveau Zidane, Maxime Lopez, ont déroulé sans toutefois marquer en raison d’un Bafé Gomis qui s’évertua à vendanger toutes occasions, frappes ou têtes avec une application quasi stakhanoviste. La venue de la sexy AS Nancy Lorraine, victorieuse avec la manière dans le derby (3-0 contre Metz), pouvait faire craindre d’un nouveau match galère, en raison de la tactique toujours aussi frileuse affichée par l’uruguayen P. Correa. Mais Notre-Dame de la Garde avait décidé de bénir les siens, et permettre aux supporters de voir enfin un début de jeu et des buts.

A la baguette de cette jolie prestation, se trouvait l’homme fort du début de saison des Olympiens, que se soit avec « l’entraîneur normal » (F. Passy) ou avec Rudi, Florian Thauvin est resté égal à lui-même, c’est-à-dire, étincelant. Et son 4ème but de la saison ne dérogea pas à la règle. Il conclut une course chaloupée au cœur de la défense nancéenne, par un magnifique plat du pied à l’entrée de la surface. Le foot est simple quand il est joué de cette façon. Après le but tout en puissance, et en rotation grâce à l’arme préférée de Bafé Gomis qui est son fessier, se fut au tour de Clinton Njie de s’illustrer. L’athlète prêté par Tottenham a pu prouver aux caméras de beIN, qu’il n’était pas qu’un excellent sprinter mais aussi un joueur de foot et un attaquant en inscrivant un enroulé Henriesque.

Avec cette belle victoire, les marseillais lancent enfin leur saison après 16 matchs, de quoi espérer jouer un rôle en championnat ? Il suffit juste de miser sur l’effondrement hivernal et printanier de Rennes ou jouer les Gourcuff en finale de coupe. Goo Rudi Gooo !

Explication du principe de la force centrifuge. Le cul de Bafé Gomis a créé un tel encrage dans le sol, que la rotation du buste a permis à son pied d’éjecter le ballon dans le fond des filets à Mach 2 soit 2469 km/h.




Montpellier 3-0 Paris. Plus rien ne va dans notre monde. Un milliardaire populiste est élu aux USA, les écologistes battent l’extrême droite en Autriche, l’austère Fillon envoie papi Juppé à ses occupations bordelaises. Mais surtout, la Ligue 1 est devenu le championnat à voir en Europe. Cette 16ème journée nous aura offert plus de spectacle, de jeu, de beaux buts que l’ensemble des journées de l’année 2015 mais aussi 2016 réunies. Les Loulou boys n’auront pas échappé à la règle implacable de ce mythique week-end.

En pulvérisant un PSG inexistant et peu intéressé, les montpelliérains ont relancé un championnat qui offre pour le moment un suspense inédit depuis l’arrivée des Qataris. Le dernier vainqueur de l’Hexagoal ne parvient pas à appliquer les consignes d’un Emery de plus en plus critiqué. La situation ressemble à celle vécue par Carlo Ancelotti à Paris. Pour rappel, l’entraîneur italien avait subi pendant un an et demi les foudres des médias français, en raison d’un corporatisme exacerbé provocant le départ du Mister, avec la réussite que l’on sait puisque l’italien au sourcil gauche figé remportera l’année suivante la 10ème Ligue des champions du Real Madrid.

Attention, Unaï au retour du Stade Rennais, une 4ème place serait mal venue… Les galettes saucisses n’ont jamais été aussi hype !!!

Un but à la Ben Arfa ! Vous vous souvenez le Messi de la L1 qui jouait à Nice… Si quelqu’un a de ses nouvelles le football français est preneur !




Sinon on aurait pu vous parler du somptueux Caen – Dijon (3-3), mais on l’a déjà fait. Ou alors des rencontres entre Angers et Lorient (2-2), Guingamp- Nantes (2-0), Monaco-Bastia (5-0), Bordeaux-Lille (0-1) mais vraiment, pour une fois, on ne s’en fout pas, mais tout simplement parce que voir autant de buts dans une seule journée de championnat, ça nous fout la gerbe. Un peu comme une crise de foie des fêtes de fin d’année, les buts en Ligue 1 c’est comme le chocolat, il faut savoir le déguster sans trop en abuser ! Pour conclure un mot de la délicieuse Salma Hayek : « J’aime le Stade Rennais ! »

Romain POMMIER (Twitter @Focus_Malus)

Crédit photo : SWEP Sport / Twitter 

Laisser un commentaire