Interview – Marc Maury, La Voix du sport en France (3ème partie)

Il reconnaît de lui-même avoir toujours aimé le sport, et cela tombe bien, car Marc Maury est devenu une des très grandes voix du sport. Le speaker a accordé une large interview à alexandreboero.com dans laquelle il a évoqué tous les sujets, à l’occasion de l’Open 13 Provence. Voici la troisième partie de cet entretien.

 

¤ Troisième partie – Marc Maury et l’actualité ¤

 

Vous vous intéressez beaucoup à l’actualité Marc…

Je m’intéresse à tout… J’aime beaucoup la géopolitique notamment. Plus j’ai d’infos, mieux c’est. Je suis assez concerné par ce qu’il se passe dans le monde. Nous sommes dans une période un peu difficile. Est-ce qu’un conflit mondial est commencé ? On pense que oui, parce que ça fait longtemps que ça traîne et qu’on n’arrive pas à le solutionner. Ce qu’il ne faut pas, c’est que ça s’enflamme, pour les enfants qui arrivent. Il faut qu’on leur laisse un monde qui soit propre. A l’heure actuelle, je trouve que le populisme est en train de prendre le pas sur la raison, et ce n’est pas bien. Il faut revenir à quelque chose de plus serein. Pour l’instant, on n’y est pas.

Nous sommes en pleine campagne électorale…

J’espère que l’élection présidentielle va participer à cela. Je souhaite que ce soit quelqu’un d’assez modéré, démocrate, qui puisse l’emporter, et non pas les extrêmes. On est dans la difficulté par rapport à ce qui se passe aux Etats-Unis ou en Russie. Donc il ne faudrait pas en rajouter.

“En sport, il y a des règles […] En politique, tous les coups sont permis.”

Justement, quelle image vous avez sur la politique française ? C’est un peu l’heure de celui qui tirera le plus sur l’adversaire… 

En sport, il y a des règles à respecter. Voire aussi une éthique. Et on essaie de la suivre, même si des gens essaient d’être divergents. En politique, il n’y a pas de règles. Le problème, c’est que tous les coups sont permis. Et c’est pour ça qu’on se détourne un peu de la politique malheureusement. Un jour, on va avoir telle réaction, le lendemain son contraire… Ce n’est pas toujours sain. Il faut qu’on revienne à quelque chose d’assez serein. Après, il ne faut pas non plus noircir le tableau, il y a encore de l’espoir, de belles choses à faire, et redresser la barre. Si on a quelqu’un d’assez démocrate et d’assez serein, on peut s’en sortir. On doit faire attention, nous citoyens, à ne pas faire n’importe quoi, et faire attention à ce qui se passe. Il faut faire confiance aux journalistes, contrairement à ce qu’il se dit à l’heure actuelle. Tout n’est pas fait pour détruire, au contraire. Plus on informe, plus on sait des choses, et plus on peut décider par soi-même. Dans certains endroits et à un certain niveau social, nous n’avons pas assez d’informations, et c’est ce qui manque. Moins on est informé, plus on va justement vers les populistes. Je pense qu’il faut essayer de donner un maximum d’informations au plus grand nombre. Avoir accès à la connaissance permet d’être plus tolérant, ce qu’il manque à l’heure actuelle dans certains endroits, que ce soit en France ou dans le monde entier.




Cela vous tient à coeur…

Oui tout à fait.

“Mon club de coeur, c’était l’Olympique de Marseille” 

Un mot de football, on ne vous y voit pas trop Marc… pourquoi ? 

On m’appelle de temps en temps dans le foot, pour les gros événements. J’ai travaillé l’année dernière pendant l’Euro sur quelques matchs, notamment la finale. Il y a des gens qui le font bien, il n’y a pas de raison pour que j’y sois tout le temps. Je suis le championnat. Quand j’ai vécu une dizaine d’années en Algérie avec mes parents, mon club de coeur, c’était l’Olympique de Marseille de Skoblar et Magnusson. Une autre période et un autre temps. Le projet actuel de l’OM me paraît bon d’ailleurs. Et dès qu’il y a un club français en Champions League, je regarde bien sur.

Merci beaucoup Marc pour ce long entretien !  

De rien, merci beaucoup Alexandre.




Découvrez ou redécouvrez la première partie de cette interview, en vidéo…

…ainsi que la seconde partie

Et retrouvez Marc Maury sur Twitter : @marc_maury




Interview écrite, montée et réalisée par Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédits photos :  Alexandre Boero 


Publié le 28 mars 2017 à 08h50

Laisser un commentaire