Interview : Tarek Boudali et Philippe Lacheau nous présentent “Épouse-moi mon pote”

Tarek Boudali et Philippe Lacheau sont revenus pour nous, en exclusivité, sur leur tout dernier film : Épouse-moi mon pote. Le premier nommé, qui est à la réalisation du long-métrage qui sort dans toutes les salles ce mercredi 25 octobre 2017, signe sans aucun doute l’une des comédies de l’année ! Voici la présentation et bande annonce du film, ainsi que l’interview exclusive des deux acteurs, enregistrée au Cinéma Le Prado à Marseille.




~ Interview texte de Tarek Boudali et Philippe Lacheau (version vidéo à voir ICI ou en bas d’article) ~

 

La promo a été longue, ça s’est bien passé ?

Tarek Boudali : J’avais la pression, parce que forcément c’est mon propre film. J’ai plus de pression sur les épaules que sur les précédents. J’avais peur déjà de savoir si il y allait avoir du monde ou pas dans les avant-premières, et les salles sont blindées. Ce sont de très grandes salles en plus, donc c’est très cool. Et après l’autre pression c’est de se dire “du coup il y a de l’attente, mais est-ce que ça va plaire ?”. Eh bein dès la première date, les gens étaient très contents à la sortie.

Sur les réseaux sociaux notamment, sur Twitter, les réactions sont extrêmement positives, donc ça c’est le signe d’un succès populaire, tu ne crois pas ? 

TB : Franchement c’est très cool, je suis très content, et je remercie les gens parce que c’est grâce au public qu’on fait des films, et nous on fait des films pour eux.

C’est tout ton premier film Tarek, là je te sens hyper fier…

TB : Je suis fier, oui, je suis super fier parce que déjà ce n’est pas évidement de faire un film, surtout quand c’est le premier. Donc je suis fier et content de ce que j’ai fait. Après, je n’ai pas la prétention de dire si c’est bien ou pas bien, c’est au public d’en juger. Mais en tout cas je suis très content d’en être arrivé là.

“Épouse-moi mon pote” : Philippe Lacheau, Tarek Boudali (Copyright Axel Films Production)

Chaque film que tu as sorti avec Philippe vous a permis de battre votre record précédent, jusqu’à 3,3 millions pour Alibi.com… donc là, vous vous attendez à plus ?

TB : Non non (sourire), j’en sais rien, je ne sais pas comment ça va marcher…

A combien d’entrées on sort le champagne ? Le film sort pendant les vacances scolaires, je sens que ça peut très bien marcher…

TB : (Il hésite)… à 20 millions (rire). Non mais déjà, si j’arrive à 1 million, je serai super heureux.

En ce qui concerne la date de sortie, comment ça se négocie justement ? Est-ce que c’est le distributeur du film (StudioCanal) qui te propose une date ?

TB : Oui, c’est le distributeur qui propose une date, et tu as ton mot à dire. Les producteurs ont leur mot à dire, et le réalisateur a son mot à dire. Et nous sommes tombés d’accord sur les vacances de la Toussaint, donc on trouvait que ça correspondait bien.




Le fait que ça sorte pendant les vacances, que vous ayez eu cette date, c’est une preuve qu’on compte sur vous deux (Tarek et Philippe) aujourd’hui au cinéma.

TB : Bein écoute, je ne sais pas… Même là, on nous dit qu’on devient des références, des choses comme ça. On n’arrive pas à saisir, on n’a pas du tout cette prétention de se dire qu’on est devenu des références, ou qu’on est attendu ou quoi… On fait juste les choses avec sincérité, on a envie que les gens se marrent, c’est tout ce qu’on veut.

(Philippe Lacheau nous rejoint, après une petite pause “fraîcheur”) 

Puisque Philippe vient de nous rejoindre, j’ai une question pour tous les deux, lequel d’entre vous est le meilleur réalisateur ? 

Philippe Lacheau : Tu sais, je suis sur qu’il y a des gens qui vont voir le film et qui ne vont pas voir de différence. On fait ce qu’on aime…

Tarek Boudali : … ce sont des films de bande.

PL : Jamais l’un de nous dira sérieusement qu’il y en a un qui est meilleur que l’autre.

TB : Il n’y a pas de problème d’égo.

Quel est Philippe le premier conseil que tu as donné à Tarek ?

PL :  Ah mais je lui ai donné zéro conseil. Il savait tellement ce qu’il voulait dans sa tête, il avait une idée précise. Si il m’avait demandé, je lui aurai répondu, mais il avait vraiment déjà un truc précis dans sa tête.

Tarek, au début du film, tu as une coupe de cheveux avec laquelle on t’a jamais vu, on en parle un peu ? 

TB : (Rires) Tu sais quoi ? C’est une perruque, mais c’est la coupe que j’avais quand j’étais plus jeune. Quand j’ai fait cette séquence, je me suis dit que tous mes potes et ma famille allaient rire en me voyant. Mais je pensais qu’il y avait qu’eux qui allaient rire sur ça… Sauf qu’en fait je me suis rendu compte qu’il y avait toute la salle qui rigolait en me voyant avec cette perruque, je sais même pas comment je dois le prendre (rire).

PL : Alors déjà, ma mère ne t’avait pas reconnu. Au tout début du film elle me dit “je l’avais pas reconnu Tarek”, et moi je trouve que ça te va mieux.

TB : Mais je n’ai pas assez de cheveux !



PL : Bein garde la perruque.

“Épouse-moi mon pote” : Philippe Lacheau, Tarek Boudali (Copyright Axel Films Production)

La scène du baiser à la mairie, j’imagine que vous avez dû bien délirer sur celle-ci ?

TB : Tu sais quoi ? J’ai interdit tous les téléphones sur le plateau ce jour-là, je te jure que c’est vrai. Parce que quand on avait fait Babysitting 1, il y avait une séquence où on s’embrasse Philippe et moi. Et là tout le monde avait pris une photo pour nous l’envoyer du genre en mode dossier et tout ça. Et là sur le plateau, j’ai dit “je veux zéro téléphone”. J’étais très sérieux. Donc on a fait la petite séquence du bisou. C’était rigolo, mais c’est compliqué quand même d’embrasser son pote, surtout que lui je voyais qu’il kiffait donc c’est encore plus compliqué, mais on fait le job.

Andy Rowski (Andy Raconte) joue à vos côtés dans son premier film, qui a décidé de la recruter ? 

TB : C’est Philippe.

Philippe, tu vas prochainement reprendre le rôle du célèbre Nicky Larson, est-ce que tu peux nous chanter quelques notes du générique, pour voir si tu maîtrises le truc ? 

PL : (Il chante) Une ombre file dans la nuit, c’est un assassin qui surgit, Nicky Larson ne craint… je te fais la version courte hein. On est en pleine écriture. On a vraiment hâte de faire ce film, on est excité comme jamais, parce qu’on était fan de ce manga étant jeune, et on se met une pression pas possible pour faire une super comédie d’action.

La première émission de télé que vous aimeriez faire à partir de la sortie du film ?

PL : Euh… ce serait Coucou c’est nous !

TB : Le grand journal.




Et sinon, des émissions qui n’existent pas ? Non sérieusement…

TB : Il y a plein d’émissions cool, Quotidien, TPMP,

PL : Vendredi tout est permis, N’oubliez pas les paroles

TB : … alors ça, c’est catastrophique pour moi.

PL : On a fait N’oubliez pas les paroles mais il connaissait aucune parole. Il a même pas pu les oublier, il ne les connaissait pas.

Alors Philippe tu n’étais pas encore là quand j’ai posé la question à Tarek, mais à combien d’entrées vous sortez le champagne ?

PL : Ça porte malheur de dire ça. Mais franchement, vu les retours du public, et le film comme je l’ai vu, je pense que ça peut taper très très fort. Si ça pouvait battre Bienvenu chez les Ch’tis, je pense que ce serait la moindre des choses. Ou au minimum, Intouchable (ndlr : évidemment, c’est ironique).

Merci à vous, je vous souhaite un grand succès avec Epouse-moi mon pote, et plein de belles choses pour la suite.

TB : Merci à toi, merci beaucoup.

PL : Merci beaucoup.






Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : © Alexandre Boero / Axel Films Production


Publié le 24 octobre 2017 à 19h06

Alexandre Boero

Journaliste - Expert Média - Spécialiste Sport - Fondateur du site AlexandreBoero.com (1,6 million de visites depuis octobre 2016)

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
+1
Partagez
0 Partages