Jérémy Ferrari est-il vraiment brouillé avec Cyril Hanouna ? Il s’explique

L’humoriste Jérémy Ferrari était invité à s’exprimer sur sa relation avec Cyril Hanouna, lui qui fut l’un des personnages de TPMP durant quelques mois en 2013. 




Jérémy Ferrari a occupé, du 5 septembre au 17 décembre 2013, le poste d’humoriste récurrent de Touche pas à mon poste, une période durant laquelle il proposait des pastilles emplies de son humour. Mais ses blagues ne passaient pas toujours aux yeux des téléspectateurs, qui en majorité n’appréciaient pas forcément l’humour parfois trop sombre de l’Ardennais. Et c’est naturellement que la collaboration entre Cyril Hanouna et lui a pris fin, seulement quelques semaines après l’avoir démarrée.

Jérémy Ferrari, “déçu” par Cyril Hanouna

Interrogé tout récemment par nos confrères de Télé-Loisirs sur sa potentielle brouille avec l’animateur star de C8, Jérémy Ferrari rappelle avoir “quitté l’émission d’un commun accord avec Cyril”, ajoutant même, qu’à l’époque, ils n’étaient “pas fâchés.”

Mais de l’eau a coulé sous les ponts depuis : “Non, je ne suis pas fâché. Juste… ça fait plusieurs fois qu’il m’attaque dans ces émissions”, confesse l’humoriste, faisant notamment référence au clash qui l’a opposé à Manuel Valls chez Laurent Ruquier, dans On n’est pas couché en janvier 2016. Il reproche notamment aux chroniqueurs de TPMP d’avoir été contre lui de manière unanime. Il en profite d’ailleurs pour envoyer une petite cartouche à l’un des hommes forts de la bande : “Là, comme par hasard, tout le monde est d’accord. Et me faire juger en géopolitique par Matthieu Delormeau si tu veux, ce n’est pas un truc qui m’a empêché de dormir.

“Ce qui m’embête” ajoute-t-il, “c’est qu’il (ndlr : Cyril Hanouna) est censé être vraiment quelqu’un de populaire. Je pensais que c’était un mec comme moi, du peuple, qui ne se prenait pas la tête. Et quand tu commences à défendre un gouvernement et un premier ministre qui met la France à genoux, ça m’a déçu.”

Jérémy Ferrari a tout de même eu quelques paroles positives à l’encontre de “Baba” : “Ce que j’aimais chez Cyril, à l’époque de la guerre des access avec le Grand Journal, c’est qu’il avait cette espèce de sincérité”, reconnaît-il, avant d’avouer avoir “cru voir passer une fois une invitation pour venir faire la promo de mon nouveau spectacle, qui émanait de lui”.

Est-ce suffisant pour penser que le froid est dissipé ? Ce n’est peut-être pas si certain…





Alexandre BOERO

(Twitter @AlexBoeroOff – Facebook @alexandreboerocom)

Crédit photo : © Télé-Loisirs.fr


Publié le 12 juin 2018 à 08h09

Alexandre Boero

Journaliste - Expert Média - Spécialiste Sport - Fondateur du site AlexandreBoero.com (1,6 million de visites depuis octobre 2016)

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
+1
Partagez