Payé Rudy sur ongle !

Alors que Rudy Gobert vient de signer un contrat avoisinant 102 millions de dollars étalés sur… 4 longues années, il est venu le temps de faire un bilan des sportifs français les mieux payés.

 

maison-samir-nasri-manchester
Il faut bien ça pour vivre sous le grisonnant soleil de Manchester !

Le déballage des millions est à la mode. Ainsi, après l’extravagant contrat signé par le pivot des Utah Jazz, c’est au tour de Samir Nasri de faire parler. Le milieu offensif était le locataire d’un très bling-bling Manoir Mancunien, que son propriétaire vient de mettre en vente. Mise à prix aux alentours de 6 millions d’euros ! Pour ce montant, le Versailles de Manchester se compose de 7 chambres, 5 salles de bain, une piscine, un jacuzzi, un sauna une salle de cinéma, une cave à vin digne des meilleurs restaurants parisiens, et le must pour un joueur de football ayant une vie d’ascète… une discothèque ! Le tout répartit sur 120 000 mètre carrés, soit plus de 16 terrains de football.

Les basketteurs français au sommet

Cela en dit long sur le niveau de déconnexion de sportifs touchant des sommes irréelles. Et alors que les médias tombent, démagogiquement et par facilité, sur les peu éduqués joueurs de footballs. Ce sont pourtant des basketteurs de NBA qui trustent le podium. Outre Rudy Gobert (NBA, Utah Jazz) qui trône en maître absolu avec un salaire de 24 millions d’euros annuel brut (sans primes, ni contrat publicitaire), ce sont Nicolas Batum (NBA, Charlotte Hornets) et le vétéran Tony Parker (NBA, San Antonio Spurs) qui complètent le podium. Plutôt logique dans une ligue sportive qui vient de voir ses droits télévisuels exploser pour atteindre 2 milliards d’euros chaque saison. Cette manne est répartie entre les 30 franchises composées de 12 à 15 joueurs. Toutefois, dans le pays ayant promulgué le capitalisme en religion, il convient d’amputer à chacun de ses joueurs 35% d’impôt fédéral. A titre d’impôt sur le revenu, auquel il faut ajouter l’impôt « régional », prélevé par chaque état. Ainsi, les habitants de l’Utah se voient ponctionner 5% de leur salaire. Contre 5,75% pour la Caroline du Nord (Nicolas Batum). Et enfin, le jackpot revient à l’ancien mari de la Desperate Eva Longoria, puisque le Texas ne prélève aucun impôt (une économie avoisinant le million d’euros annuel).

Paul Pogba
15 Pogba = le PIB de la Roumanie!

Pogba peut se payer, lui aussi, une belle villa

Le premier footballeur à troubler l’hégémonie américano-française est le joueur ayant engendré le plus gros transfert de l’histoire du ballon rond, en l’occurrence Paul Pobga. Le Mancunien, auteur d’un début de saison inconstant, émarge à 17,7 millions d’euros annuel brut, auxquels sont déduits 50% d’impôt sur le revenu. De quoi pouvoir verser un excellent salaire à son artiste de coiffeur.

A force de tirer, sur le football, on en oublierait que le ballon rond ne place aucun de ses championnats dans le trio des ligues fournissant les plus gros salaires moyens au monde. Mais au-delà des sports américains, figure en deuxième place la surprenante Ligue de Cricket Indienne. Avec des franchises vendues plus de 300 millions, et un salaire moyen trois fois plus important que celui du championnat français. Une prime au mérite ? Ainsi, deux des sports, cricket et baseball, avec les matchs les plus longs et incompréhensibles au monde, se placent sur le podium. Il est sur qu’avec son unique règle complexe qu’est le hors-jeu, le football a encore une marche à franchir.




salaire-2016

Romain POMMIER (Twitter @Focus_Malus)

Crédit photo : Twitter @paulpogba / @dbernardbret

Laisser un commentaire